dimanche, janvier 14, 2007

Le terrorisme maçonnique au Canada

Texte de "us. sen Maccarthy".

Le terrorisme bureaucratique a vraiment existé au Canada. C'était une arme terrible pour écraser la dissidence pendant la guerre froide.
Vous perdiez votre emploi sans raison et vous étiez incapable d'en retrouver un autre. Vous étiez sur une liste noire. Toutes sortes d'erreurs pouvaient arriver.
Le fisc pouvait vous réclamer de l'impôt par rapport à un emploi dans une obscure compagnie qui aurait fait faillite des années plus tôt sans que vous ayez entendu parler de cette compagnie. Mais, curieusement, un T4 existerait pour prouver la fraude. Des pseudo-histoires (calomnies) peuvent circuler à votre sujet (satanisme, pédophilie, homosexualité, usage de drogues etc...). Ou même des rumeurs de faillites. Bref, votre banquier veut reprendre ses billes. Votre femme tombe en dépression, puis annonce qu'elle veut rompre pour retrouver une vie normale.
Ces cas-là furent reconnus et sont à l'origine de la nécessité d'une charte des droits et libertés au Canada. Mais, cela a-t-il vraiment changé le pouvoir en place?
Myriam [Bédard] a fortement dérangé La Patente, cette franc-maçonnerie ou Mafia canadienne-française qui contrôle le Parti Libéral, la Magistrature, les grosses corporations nationales (CN, Air Canada, Bombardier, Postes Canada, Bell, etc...) et les média de masse. Alors, le système réagit en frappant là où elle ne s'attend point.
Ce réseau secret de pouvoirs a de curieuses alliances avec la Mafia italienne, ce qui explique les passoires portuaires et aéroportuaires, le laxisme des cours qui relâchent facilement les gros canons des gangs organisés, comme Jean Mattice, les faveurs aux contrebandiers autochtones; ainsi qu'avec les Triades chinoises et le gouvernement de la République du Peuple de Chine. C'est pourquoi Air Canada fut vendu au fils de Li Ka-shing, son administrateur, mr. Milton a grandi à Hong Kong, épousé une Chinoise et possède un très grand guanxi en Asie. Pierre E. Trudeau, un ancien Frère Chasseur est aussi un ancien Maoïste. L'oncle de Maurice Strong, ancien président de Power Corp., fut un socialiste en relation avec Mao Tsetung et les guerrileros de Yenan. C'est pourquoi Jean Chrétien envoya Maurice Strong pour tenter de trouver des accords commerciaux concernant le gaz naturel de Sibérie avec Kim Il Sung de Corée du Nord. Après le passage de Trudeau à Pékin, la Patente a noué des relations avec la Chine et la haute administration de Power Corp a développé de fortes relations avec la Chine de Deng XiaoPing et ses successeurs. Jean Chrétien a siégé au nom de sa famille Desmarais sur le conseil d'administration de la CITIC, maintenant c'est André Desmarais.
Les États-Unis ne sont pas en reste. Ils sont actuellement dominés par la confrérie des Bonesmen (Skull and Bones). C'est une clique mafieuse dont fait partie la famille Bush dont s'oppose la Patente. Ils se sont efforcés de rejeter Victor Lee d'Air Canada en engageant Mulroney et le consortium Cerberus. Cela n'a pas marché. Alors, ils ont soudoyé le syndicat. Ils ont bloqué la Whampoa qui tentait de s'accaparer le contrôle de nombreux ports américains, alors Li Kashing a dû vendre une partie de sa société à une compagnie de Dubaï, contrôlé par le S&B. Maintenant, le S&B a obtenu une victoire temporaire avec l'élection de Stephan Harper, d'où l'opération Colisée. Mais Harper aurait dû nettoyer la magistrature avant.
l y a différentes franc-maçonneries.
Certaines ont été créées en réaction à d'autres pour des buts manipulatoires comme la désinformation, l'intoxication, le renseignement (espionnage et contre-espionnage), la diplomatie secrète, le financement secret d'organisations et le blanchissement d'argent sale de provenance illicite.

Mais la franc-maçonnerie n'est pas un phénomène purement occidental. En Asie, il y a les Triades comportant des rituels et des symboles. En Chine, on les appelle Tongs. Au Japon, ce sont les Yakuzai. Dans le Moyen-âge japonais, il y avait les sociétés Ninja (Shin-Obi) intégrés au culte de la Mikkyo (doctrine secrète).
Officiellement, les Triades furent fondées par des patriotes opposés au régime Mandchou. Ces patriotes provenaient de clans originant de l'ancien régime, qui tenaient temples et écoles d'arts martiaux dans leurs temples. Leurs étudiants servaient de guerrilleros/gangsters. Durant certaines fêtes, ils se paradaient pour faire la danse du Dragon-Lion dans les quartiers commerçants de leur entourage. Les commerçants étaient tenus d'accepter leur protection et payaient en "Nourrissant le Dragon". Jean Chrétien l'a fait dans un des quartiers Chinois de Toronto.
Les Triades ont lançé la révolte des Boxers qui a échoué à la fin du XIXe siècle. Auparavant, de 1850 à 1857, il y eut la révolte Taiping (Grande Paix) conduite sous l'empreinte de symbolique chrétienne, mais écrasé par une armée chinoise sous la gouverne du général britannique Gordon Pacha. Les Taipings furent probablement inspirés par les Libéraux anarchistes d'Europe et d'Amérique du Sud (Mouvement Jeune-Italie, Chemises Rouges de Garibaldi). Karl Marx s'intéressera à leur révolte pour en tirer des conclusions, Mao y verra des racines au communisme chinois.

Sun YatSen était un membre haut placé de Triade. J'en ai oublié les détails, mais une recherche avec google vous les rendra (SunYatsen ET triade). Il lancera le Parti Nationaliste Chinois (ZhongGuo GuoMin Dang / Kuomingtang). Son financement se fera en rançonnant les coolies à l'extérieur de Chine (ou disont plus poliment des taxes patriotiques pour les expatriés). Le reste est de l'histoire officielle. Le KMT renverse la dynastie en 1911, le Japon essaie de détruire la nouvelle république en soutenant Yuan Shikai, puis une kyrielle de seigneurs de guerres. Au début, les Occidentaux étaient alliés aux Japonais. Le Komintern soutiendra le KMT à partir de 1920. Sun Yatsen meurt en 1925. Son successeur, Jiang Gaishi/Chiang KaiShek, est formé chez les Japonais et sera appuyé par les capitalistes occidentaux. Appuyé par les triades vertes de Shanghaï, il éliminera les communistes de Shanghaï causant la rupture entre le KMT et le PCC. Cela me fait penser à la rupture de l'Ordre de Jacques Cartier entre fédéralistes et souverainistes en 1963.
Je pense pouvoir regrouper les différentes franc-maçonneries en deux types : les Rouges (Libéraux et Socialistes) et les Noirs/Bruns (Fascistes/Nazis/Conservateurs/Chrétiens Démocrates). En Italie, les héritiers des Gibelins seront les Rouges (Carboneri, Chemises Rouges,Mafia, Communistes), les héritiers des Guelfes seront les pro-Autrichiens, les Fascistes et le Propaganda Due.
Leurs divisions se réflète au Canada. Les Fils d'Italie sont carboneri de nature, donc Rouges et Libéraux. Exception du père Joseph Bonnano, envoyé par les Mussoliniens pour pénétrer les réseaux de la Mafia en Amérique (ne pas croire sa biographie : "Un homme d'honneur" ), qui pourraient servir de base de financement et de sanctuaire pour les néo-carbonaristes voulant renverser Mussolini. De la Loge noire sont issus la P2 et l'actuel Forza Italiana. De même les Illuminati en Allemagne qui engendre les loges nordiques, dont celle de Thulé, et les précurseurs du Nazisme, de même qu'elle pénètra dans les milieux juifs pour s'opposer au courant marxiste (rouge), en prônant les courants sionisme et bundisme.
De ces loges juives seront issues l'Irgun et le Lehi (Stern's gang). Beryl Wasjman agit comme s'il était d'une loge noire. Il a déjà parlé en bien du terrorisme Lehi.

Et les Canadiens Français? Nous avons la Patente. Officiellement créée à Vanier par des fonctionnaires et des hommes d'affaires canadiens français catholiques frustrés que l'appareil d'état est bloqué et que les meilleurs emplois vont aux franc-maçons écossais et aux orangistes. Leur but : recréer un empire virtuel de la Nouvelle-France en Amérique pour promouvoir le catholicisme et la langue française en pénétrant les différent appareils d'état et les milieux corporatifs, et en s'associant à d'autres réseaux ethniques de même acabit. On pensera aux Fils d'Italie dont la première loge canadienne fut fondée à Sault-Sainte-Marie, au Sinn Fein qui promeut la lutte des Catholiques en Irlande, l'OPus Dei et ... aux Triades établies dans l'Ouest Canadien, dont celle de Sun Yatsen. Je ne sais pas si "Two-Gun" Cohen était relié à la Patente, mais celle-ci avait des liens avec les Binai Brith dont la fondation à Montréal fut aidé par la Société St-Jean-Baptiste.
Officiellement dissoute en 1963, suite à la division entre Nationalistes et Fédéralistes, elle a continuer incognito ses activités et se manifestait politiquement par le French Power. Power reflétant la compagnie maîtresse de la Patente avec Paul Desmarais à sa tête. Des liens avec la Chine communiste : Pierre E Trudeau, un ancien Frère Chasseur devenu maoïste dans les années 50, Maurice Strong, dont l'oncle socialiste a servi auprès de Mao. Dans l'établissement le plus capitaliste du Québec, c'est rempli de monde lié aux socialistes. Pensons au frère de Bob Rae. La famille Desmarais qui détient un siège dans le CITIC, un consortium servant à définir les structures militaro-industriels de la Chine. Ce n'est pas pour rien que Jean Charest se faisait escorter par Paul Desmarais lors de son séjour en Chine : il n'était que son poulain. André Boisclair est aussi un autre poulin de Power, et donc de la Patente. Son élection à la tête du PQ fut aidé par des milliers de jeunes nouveaux péquistes jamais inscrits sur des listes électorales parce que entre 16 et 18, dont un chien. La masse des CEGEPiens votant est une technique rôdée par la Patente pour définir qui se présentera dans les partis.
Je doute que Mulroney et Lucien Bouchard fassent partie de la Patente. Ils sont plutôt reliés aux loges noires, par le Skull and Bones, la famille Bonanno/Saputo, la loge P2. D'où l'histoire du contrat des hélicos avec la firme italienne Augusta, dont le paiement comptant par Schreiber fut déclaré frais de représentations pour l'implantation d'une compagnie de pâtes italienne à Revenu Canada. Un autre relié à leur gang est le maire Stéphane Gendron. On peut retrouver un lien entre le cercueil de sieste dans son bureau et celui utilisé pour le rituel initiatique du Skull and Bones.

20 Comments:

Blogger anti-macon said...

parlant de la patente, cette société secrète a compté 50 000 membres!




English version

L'ORDRE DE JACQUES-CARTIER : UN MYSTÈRE DÉVOILÉ
UNE PAGE MÉCONNUE DE NOTRE HISTOIRE
DANS UN DOCUMENTAIRE DIFFUSÉ EN PRIMEUR À RDI

Montréal, le 3 mai 2001 - Savez-vous que pendant 40 ans, une grande partie des membres de l'élite du Canada français étaient membres d'une société secrète? Fondé en 1926, l'Ordre de Jacques-Cartier sera pendant 40 ans l'un des centres du pouvoir de la société francophone, non seulement au Québec, mais partout au Canada.

Réalisé dans le cadre d'une initiative lancée par RDI pour favoriser la production de nouveaux documentaires canadiens, L'Ordre de Jacques-Cartier : un mystère dévoilé est une production de Pierre L. Touchette d'Amérimage-Spectra et une réalisation de Robert Verge. Ce document sera diffusé dans le cadre des Grands Reportages le mardi 8 mai à 20 h.

Voulant contrer la franc-maçonnerie anglophone et l'Ordre des Orangistes qui s'affairaient à éloigner les Canadiens français des lieux de pouvoir, et en particulier du gouvernement fédéral, les Commandeurs de l'Ordre de Jacques-Cartier se sont donné pour mission de tenir les « anglicisateurs » en échec avec un mot d'ordre : discrétion.

Mieux connue sous le nom de « La Patente », cette société secrète s'est infiltrée dans tous les centres de décision au Canada français : clergé, éducation, sociétés patriotiques, journaux, conseils municipaux, syndicats et milieux politiques. Plusieurs idées défendues au sein de l'Ordre sont résolument nationalistes et se rapprochent de celles prônées par le Parti Québécois d'aujourd'hui.

Près de 50 000 notables ou professionnels en ont fait partie au fil des ans, dont des personnalités aussi différentes que Jean Drapeau, André Laurendeau, Gérard Filion et Lionel Groulx. En fait, si vous cherchez un peu, vous pourrez sans doute trouver parmi vos parents ou grands-parents des personnes qui en ont fait partie. Cependant, la devise du secret a été à ce point respectée que l'ampleur de l'Ordre et la nature de sa contribution à notre histoire sont restées jusqu'à ce jour largement méconnues. Les producteurs du Mystère dévoilé ont été les premiers à avoir accès aux archives de l'OJC.

9:49 p.m.  
Anonymous US Sén. MacCarthy said...

Il y avait trop de monde à l'époque dans la Patente. Le secret ne pouvant plus être et il y avait des divergences idéologiques entre Fédés et Indépendantistes. Alors il y eut rupture en 1963 avec sa dissolution officielle. Mais la Patente d'obédience fédéraliste a gardé ses antennes dans le PQ, d'où l'affaire Claude Morin/French Minuet. Aussi, les agents dormants qui ont permis à André Boisclair de se hisser à la tête du PQ pour mieux le contrôler.

Un information qui manque sur le contexte de la formation de la Patente. Suite à la guerre, il y avait pression pour angliciser tout ce qui paraissait étranger. Même la Famille Royal a dû se dégermaniser en remplaçant son nom de Habsbourg-Cobourg-Brunswick-etc... par celui plus court de Windsor. Lord Mountbatten fut né Battenberg. Au Canada, les Allemands d'origine réécrivaient leurs noms : Jäger devint Yeager, Eisenhauer devint Eisenhower, Tiefenbacher devint Diefenbaker. La ville de New Berlin devint Waterloo. C'était la Canada First Policy. Le français fut interdit d'enseignement dans les écoles ontariennes par le bill 10. D'où la nécessité de la Patente pour résister en Ontario.
Et rappeler-vous que la famille la plus puissante dans la Patente est celle de Paul Desmarais qui est originaire de Sudbury, Ontario.
Je sympathise avec la Patente pour ses débuts. Mais, une fois lancée, elle a comme oublié aujourd'hui ses objectifs de 1926. D'où la rupture en 1963.

8:55 p.m.  
Blogger anti-macon said...

jeff fillion qui a beaucoup aidé le parti consevateur dans la région de Québec a donc probablement lui aussi été victime d'un vengeance de la patente avec la pleine complicité du BLOC et du PLQ. Probablement que toute la mise en scene de la commission Gomery a été orchestré par les bonesmen pour faire élire Harper.

9:55 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

hey anti-maçon, je crois que je viens de découvrir ta véritable identitée... Gilles Réhaume de la société St-Jean-Baptiste.

10:50 p.m.  
Anonymous US Sén. MacCarthy said...

Cher Âne O'Neem,

Gilles Rhéaume EST franc-maçon.

10:03 a.m.  
Anonymous kusa said...

Et les "Patenteux" de haut-rang étaient sûrement de connivence avec les dirigeants des autres loges anglophones puis se rapportaient à d'autres maîtres d'une autre société secrète ... et ainsi de suite ... et ainsi de suite, etc.

Vous n'avez aucune idée de ce que vous dénoncez, car cela n'a pas de visage : C'est compartimenté et hermétique !

Les zozos en tablier que vous pointez du doigt ne sont que des leurres. Y'a pas d'amoncellement de reines dans la ruche, y'en a qu'une et sa garde raprochée.

;)

Shalom

1:26 a.m.  
Anonymous Anonyme said...

c'est bien connu que toute face publique est franc-maçon. Ainsi, les Mario Lemieux et Wayne Gretzky de ce monde sont franc-maçon, ainsi que Michael Jordan, Céline Dion, Julie Snyder et Jean Charest. Même notre pauvre Wilfred vas y passer.

J'ai entendu dire que Marc Ouellet est franc-maçon, et Jacques Duval aussi. Mme Denise Bombardier aussi, ainsi que José Godet.

Allons donc, faites donc attention messieurs anti-maçon et maccarthy, pour ne pas vous faire trop connaître, car un autre blogues avec cette philosophie de pensé VOUS ferais également franc-maçon.

Non mais... je veux bien croire qu'il y a de la conspiration, mais il n'y a pas que votre petite personne qui soit une "âme pure" sur cette planète!! Vous allez perdre votre haleine et votre crédibilité à force de courir après votre queue !!!

1:01 p.m.  
Blogger anti-macon said...

c'est pas une conspiration à temps partiel. La FM est née dit on en 1717. Plusieurs auteurs ont prouvés qu'ils ont été ensuite responsable de la plupart des guerres depuis.
Ils ont causés des centaines de millions de morts.
Ils contrôlent aussi la "face publique" non seulement du Québec mais du reste du monde aussi, soit directement ou indirectement par le bias des clubs associés à la franc-maçonnerie.
Nos zartissses savent très bien qu'il y a des sujets qu'on ne doit jamais aborder en public, qu'il ne faut jamais trop critiquer "l'agenda". Fait toi pas d'illusions, vivre du métier artistique au Québec n'est pas une petite affaire! Il faut vraiment vendre son âme totalement au système sinon le robinet des subventions/pub/invitations à la télé se ferme brutalement et irrémédiablement.

7:28 p.m.  
Blogger anti-macon said...

Le crucifix de l'assemblée nationale AGACE Boisclair (je me demande pourquoi...)

Le vendredi 19 janvier 2007

Dumont et Couillard s'opposent au retrait du crucifix à l'Assemblée nationale

Martin Ouellet

Presse Canadienne

Québec

N'en déplaise au chef du Parti québécois André Boisclair, libéraux et adéquistes s'opposent à ce que le crucifix soit décroché de l'Assemblée nationale.

Le ministre de la Santé Philippe Couillard et le chef de l'Action démocratique Mario Dumont ont fait savoir vendredi qu'ils ne partageaient nullement l'agacement de M. Boisclair à l'égard de ce symbole catholique.

Dans la foulée du débat sur l'accommodement raisonnable, le leader souverainiste a soutenu dans une entrevue au quotidien Le Devoir jeudi que le crucifix accroché au-dessus du siège du président de l'Assemblée nationale n'avait «pas sa place là».



Oeuvre du sculpteur Romuald Dion, la croix en bois d'acajou témoigne des travaux des parlementaires depuis 1936.

«Ce n'est pas un objet de culte, c'est un symbole, un objet commémoratif, qui rappelle des traditions. On ne peut pas faire abstraction de la tradition catholique», a commenté Lise Grondin, chef de cabinet du président de l'Assemblée.

Mais dans une société où se côtoient des gens de diverses appartenances culturelles, «les symboles religieux n'ont pas leur place dans l'espace public», a tranché le chef souverainiste.

De passage à l'hôpital Laval à Québec pour y annoncer l'acquisition d'un tomographe par émission de positrons (TEP), le ministre Couillard s'est d'abord lui aussi prononcé en faveur de «la laïcité complète» dans les institutions publiques.

Néanmoins, il s'oppose au retrait du crucifix, qu'il considère comme l'illustration d'une histoire commune.

«Le débat sur l'accommodement raisonnable commence par l'affirmation de notre identité et de nos valeurs comme Québécois», a-t-il dit.

Cette identité comprend «une langue commune qui est le français» et une tradition historique «fortement liée à la religion catholique et au christianisme», a poursuivi le ministre.

Présent à ses côtés, le député Sam Hamad a abondé dans le même sens.

«Moi je veux qu'il reste (le crucifix). (...) Lorsqu'on vient d'une autre société, qui n'est pas la nôtre, on a un devoir, une responsabilité de s'intégrer dans la société. Cela ne veut pas dire qu'il faut laisser tomber nos valeurs, cela veut dire qu'il faut respecter les valeurs des autres tout en se respectant en même temps», a dit le député de Louis-Hébert, originaire de la Syrie.

Pour sa part, le chef de l'ADQ, Mario Dumont, juge la sortie d'André Boisclair contre le crucifix plutôt étonnante.

«C'est un débat qui a été fait. On a aboli la prière, ce qui allait de soi, mais le crucifix, c'est une question de tradition», a-t-il dit.

En 1976, en dépit de l'opposition farouche du créditiste Camille Samson, la prière à l'Assemblée nationale a cédé le pas à un «moment de recueillement».

Si M. Boisclair a jugé bon de soulever la question du crucifix, c'est qu'il tente de «faire oublier l'absence de leadership» qu'il a affichée pendant le débat sur l'accommodement raisonnable, croit le député de Rivière-du-Loup.

«De toute façon, il va reculer là-dessus, j'en suis convaincu», a ajouté M. Dumont.

9:01 p.m.  
Blogger anti-macon said...

le PQ est vraiment la filliale du grand orient de France au Québec
*******************************

Boisclair ne veut pas de crucifix à l'Assemblée nationale
Réduire le texte Agrandir le texte Envoyer cet article Imprimer cet article Commenter cet article Fil RSS Droits de reproduction

Antoine Robitaille
Édition du vendredi 19 janvier 2007

Mots clés : Mario Dumont, André Boisclair, Assemblée nationale, Parti politique, Québec (province)

Charest et le chef du PQ taxent en choeur Dumont de démagogie

André Boisclair

Photo: Jacques Nadeau
Québec -- Le débat sur les «accommodements raisonnables» et sur la place du religieux dans l'espace public a encore gagné en intensité hier dans l'atmosphère préélectorale qui a saisi la classe politique. D'une part, le chef péquiste André Boisclair, dans une défense de la «laïcité québécoise», a affirmé que le crucifix n'a plus sa place à l'Assemblée nationale. D'autre part, le premier ministre Jean Charest -- tout comme M. Boisclair -- a accusé l'homme par qui l'affaire a éclaté, le chef adéquiste Mario Dumont, de «démagogie».

Estimant que le débat «dérapait» aux mains «de sondeurs et de démagogues», M. Boisclair a accordé plusieurs entrevues hier sur cette question, qui a fait l'objet d'un nombre incalculable de «dossiers» et «d'émissions spéciales» dans les médias ces derniers jours. Vantant ce qu'il a qualifié de «modèle québécois d'intégration» («Nos banlieues ne brûlent pas», a-t-il noté en référence aux troubles survenue en France de 2005), M. Boisclair a dénoncé de façon virulente les «faussetés» et les «approximations» qui, selon lui, ont été entendues ces derniers jours. Il s'étonne du tollé qu'a soulevé l'accommodement raisonnable, un concept balisé par les tribunaux qui est «rarement invoqué» et dont il n'était même pas question dans les quelques «incidents malheureux» qui ont été «montés en épingles» à l'automne. Du reste, il faudrait selon lui reconnaître que notre société réserve une place spéciale aux signes religieux chrétiens: «Ce que je remarque, c'est que nous nous accommodons bien entre nous. Jamais je n'ai vu des gens remettre en cause le fait qu'il y avait un crucifix en haut de la tête du président de l'Assemblée nationale, même s'il y a des juifs et une députée d'origine musulmane dans notre Assemblée nationale.» À ses yeux, ce signe «n'a pas sa place là». Une déclaration qu'il a tout de suite cherché à relativiser en disant qu'elle était toute «personnelle» et n'engageait pas son parti. «Je ne veux pas aller plus loin dans ce débat-là. J'ai été franc et honnête. [...] Ce n'est pas le parti qui parle. C'est une conviction personnelle.» M. Boisclair a toutefois souligné que cette conviction rejoignait celle de René Lévesque qui, le premier, avait autorisé ses ministres qui le souhaitaient à prêter serment sur leur honneur et non sur la Bible. «Moi, je prête serment sur mon honneur», a-t-il précisé, ajoutant qu'il s'agissait là ses convictions religieuses à lui, «d'ordre privé».

(Notons que c'est aussi le Parti québécois qui a mis fin à la tradition de la prière d'ouverture de séance à l'Assemblée nationale. Le changement avait été fait en 1973, mais la tradition de la prière a été maintenue jusqu'au 15 décembre 1976, où le président Clément Richard avait demandé pour la première fois un moment de recueillement. Le chef créditiste Camil Samson avait alors protesté et déposé une motion réclamant le retour de la prière. Le 8 juin 1977, celle-ci a fait l'objet du dernier vote libre à avoir été tenu à Québec. La motion avait été battue: 37 péquistes avaient voté contre, 31 députés -- 22 libéraux, un unioniste, un créditiste et un péquiste -- avaient voté pour. Il y avait eu dix abstentions: neuf péquistes et un libéral.)

Aux yeux de M. Boisclair, le «contexte incendiaire» actuel n'est pas le meilleur pour tenir le débat sur le crucifix. Mais il est clair pour lui que «les symboles religieux n'ont pas leur place dans l'espace public». Il confie avoir été déçu lorsque les juifs hassidims ont été autorisés à installer un érouv -- un fil de fer servant à délimiter un espace de déplacements permis les jours de sabbat -- à Outremont.

Dumont démagogue

Interrogé sur ce débat à l'issue du caucus spécial de deux jours de l'aile parlementaire du PLQ (auquel se sont joints des candidats libéraux, donc des non-élus), Jean Charest a reproché au chef adéquiste Mario Dumont hier d'avoir «favorisé la division» dans la société. À son sens, «M. Dumont ne comprend rien au Québec s'il pense que les Québécois font de l'à-plat-ventrisme» à l'endroit des immigrants, une expression que le chef adéquiste a répétée ces derniers jours. «Le mot, c'est de la démagogie, on appelle ça de la démagogie», a laissé tomber M. Charest avec un air dépité.

Le premier ministre a aussi fait remarquer, comme la ministre de l'Immigration cette semaine, que M. Dumont et l'ADQ n'avaient pas cru bon de participer à la commission parlementaire sur le racisme et la discrimination, qui a duré trois semaines à l'automne. Aucun élu de l'ADQ n'a en effet assisté aux travaux et le parti n'a pas déposé de mémoire. «Il va nous dire que son parti était trop petit. C'est drôle, Québec solidaire n'a pas un seul député à l'Assemblée nationale du Québec, ils ont trouvé, eux, le moyen de déposer un mémoire à l'Assemblée nationale», a fait remarquer M. Charest, plus cinglant qu'à son habitude.

Le gouvernement n'a pas attendu que le débat sur la question fasse irruption dans l'actualité avant d'agir, a ajouté le premier ministre. Il a notamment rappelé la motion d'opposition à la création de tribunaux islamiques au Canada, présentée le 25 mai 2005 par la députée Fatima Houda-Pepin et adoptée à l'unanimité. M. Charest a aussi évoqué la création par son gouvernement d'un groupe de travail sur les accommodements raisonnables dans le domaine de l'éducation (lequel déposera son rapport en juin prochain). Il estime que M. Dumont doit des explications aux Québécois: «Pourquoi y voit-il une urgence nationale [et] pourquoi il était silencieux avant, pourquoi il n'a rien dit? Pourquoi, soudainement, un intérêt pour diviser la société québécoise?»

Citoyens ou communautés culturelles?

André Boisclair s'en est aussi pris à Mario Dumont hier. Réagissant à la proposition de M. Dumont de consigner les «valeurs québécoises» dans une constitution du Québec, M. Boisclair s'est lancé: «Il a l'obligation de nous dire s'il veut modifier la Charte québécoise des droits.» Selon M. Boisclair, toutes les valeurs que le chef adéquiste énumère y sont déjà.

Au reste, M. Boisclair croit que la quasi-totalité des arrangements faits avec les minorités sont tout à fait acceptables. «Quand on accorde quelque chose à un groupe ou à un individu, on n'est pas dans un jeu à somme nulle. L'accorder ne m'enlève rien. S'arranger, dans un hôpital, pour respecter les règles juives après un décès, qu'est-ce que ça m'enlève à moi? Rien. Lorsqu'on a accordé le droit de vote aux femmes, on ne l'a pas enlevé aux hommes! On a transformé notre société et on a appris à partager le pouvoir et à mieux vivre ensemble. Et c'est ça, le défi du Québec d'aujourd'hui.»

Par ailleurs, pour M. Boisclair, dans le contexte actuel, il faut valoriser la notion de citoyen. Il rappelle que lorsqu'il était au gouvernement, le ministère responsable de l'immigration avait pour nom «Relations avec les citoyens». Il déplore que, pour des raisons qui tiennent au «clientélisme», les libéraux, à leur retour au pouvoir, se soient «empressés de rebaptiser le ministère des "communautés culturelles", une vision de la société québécoise à [son] avis passéiste, comme si, d'un côté, il y avait des Québécois et, de l'autre, des communautés culturelles». Cela, a-t-il déploré, «contribue bien davantage à élever des barrières entre les gens qu'à les faire disparaître».

9:15 p.m.  
Anonymous US Sén. MacCarthy said...

À anonyme:
Je n'ai jamais prétendu être une âme pure. Ni lister toutes les faces publiques comme FM.
Gilles Rhéaume est très attaché à la SSJB, une société fondée par des FM francophones notoires ou déclarés.
Il exulte lorsqu'il en parle. L'histoire de la SSJB se rattache à celle des FM, ce qui la rendait républicaine et laïcisante, donc en opposition à l'église catholique et aux conservateurs.
Le drapeau de la SSJB n'est pas le fleurdelysé, mais le tricolore couché.
Les même couleurs que celles de l'Italie. Ce n'est pas accidentelle. C'est l'influence de Mazzini et de la République de Rome. L'internationalisation du mouvement Jeune-Italie a généré le terrorisme des anarchistes libéraux.
Garibaldi a créé le corps des Chasseurs Alpins bien après que nous ayont créé la Société des Frères Chasseurs, mais il y a un lien ténu.
Et si les nationalistes ont traité Pierre E Trudeau de traître, ce n'est pas parce qu'il était un francophone au poste de PM à Ottawa, mais parce qu'il a rompu son serment de Frère Chasseur.

2:08 a.m.  
Anonymous US Sén. MacCarthy said...

Kusa,
libre à toi de penser ainsi.
Profites-en de ta liberté.

La structure hiérarchique secrète des partis communistes découle de l'efficace structure de la fm.
Effectivement, nul ne peut vraiment connaître toute la vérité, vu que celle-ci est si bien compartimentée.

2:13 a.m.  
Anonymous US Sén. MacCarthy said...

N 'en déplaise à anti-maçon, les FMs ne sont pas tous reliés entre elles.
Certaines ont des origines communes, mais il y eut des fractures idéologiques ou des luttes intestines entre personnalités qui provoqua des ruptures et la création de nouvelles loges.
D'autres ont vite grossi en membres. Comme le secret devient difficilement préservé en proportion du nombre, il y a alors mitose. L'organisation se cellularise, mais l'organisme reste.
Il y a aussi des groupes adverses qui reconnaissent l'efficacité organisationnelle et mettent sur pied un système de loges similaires pour compétitionner la FM.
Des ses origines, la FM joue un rôle pour pénétrer les élites et contrôler les têtes des nations par la diplomatie occulte, l'espionnage, le chantage, le trafic d'influence.
Les organismes FM suivent le principe du Darwinisme. Et pour améliorer leurs chances de survie, elles peuvent freiner la compétition pour collaborer entre elles. C'est alors que la théorie des jeux embarque. Je vois anti-Macon venir avec la théorie des équilibres de Nash par rapport à une autorité suprême pour le meilleur intérêt de tous.

L'OSS et la CIA fut formé par des membres de la fraternité S&B. Mais celle-ci n'est pas reliée aux FM d'origine, mais aux Illuminés de Bavière. La plupart des agences de renseignement originent de sociétés secrètes, parce qu'elles détiennent les compétences ET qu'elles visent à pénétrer les structures.

Il ne faut pas s'étonner que l'organisation semi-secrète Option Canada, qui sera remplacé par le programme des Commandites, soit une branche des Services de Renseignement de Sécurité du Canada.

Et oui, la Patente s'est alliée à des loges anglophones, comme à la Mafia, aux Triades, à l'Elaam Tamil, aux Warriors et aux Hell's Angels.

Il y a une ressemblance avec Internet.
Ce sont des interréseeaux.

3:25 a.m.  
Blogger anti-macon said...

au sujet de Trudeau, Francois Lessard avait écrit un livre en 1979 intitulé
"Messages au "frère" Trudeau".
Monsieur lessard s'y avouait membre des frère chasseurs. D'ailleur le centre Lionel Groulx abrite le fonds Lessard qui compte les 22 serments maçonnique des membres de sa loge, incluant le serment de Trudeau.
La SSJB a été fondée par Ludger Duvernay qui était FM. La preuve est au musée chateau Ramesay. Papineau lui même entretenait une corespondance avec le grand orient de france. Tous ces articles se retrouvent sur mon blog.

10:33 a.m.  
Anonymous francois said...

Z'en avez pas marre de tout mélanger ? Ce n'est pas parce que la Franc-Maçonnerie est un ordre discret que toutes les sociétés secrètes (Patente, Skull&Bones) ou ordres plus ou moins mystiques (Chevaliers de Colomb, Opus Dei) en sont des succursales !

La liste des ordres concordants à la Franc-Maçonnerie régulière (Order of the Eastern Star, Shrine...) et de leurs représentants qu Québec sont disponlibles sur le site de la GLQ, ce n'est pas un secret.

Et US sén. MacCarthy (encore le nom d'un fanatique d'extrême-droite), est-ce que tu utilise le terme "franc-maçonnerie" comme un terme générique (voir la définition du Larousse) ou penses-tu vraiment que nous dirigeons le monde à travers les Illuminati, les Carbonari, le Parti Communiste Chinois et le B'nai B'rith ?

3:33 p.m.  
Blogger anti-macon said...

toi, tu ne dirige rien mais les Bilderberg, le CFR et la commission trilatérale ainsi que leurs antennes locales comme par exemple le CORIM, te dirigent.

6:33 p.m.  
Anonymous US Sén. MacCarthy said...

@francois
Si tu relis l'un de mes paragraphes, je catégorise différentes FMs. Donc la franc-maçonnerie devient une définition générique et non un trademark.
J'inclue la mafia, ainsi que les Hells, les Triades, les yakuza, les partis communistes. Quoique les rituels peuvent varier, ils partagent des formes structurelles.

McCarthy est choisi parce que j'ai voulu mettre l'emphase sur la véridicité du terrorisme bureaucratique en Amérique pour appuyer le combat de Myriam Bédard en placant des commentaires dans le journal officiel de La Patente. Cela a marché jusqu'à ce qu'on me censure.

7:59 p.m.  
Anonymous US Sén. MacCarthy said...

Francois,
as-tu vu le film Un homme d'exception
qui porte sur le prix Nobel Nash
(celui dont je parlais pour la théorie des jeux etl'équilibre de Nash)?

8:01 p.m.  
Blogger anti-macon said...

Une vielle tactique des sociétés secrètes quand elles deviennent trop visibles et de faire un enterrement (bidon) public.
la "mort" auto-proclammée de la patente rappele une autre "mort" auto-proclammée, celle de l'ordre des illuminatis en 1785. Nous sommes mort, croyez nous sur parole puisque la nouvelle vient de nous!
Quel était donc les buts des illiminatis , révélés seulement aux grades les plus élevés?
1- destruction de la monarchie 2-abolition de la propriété privée 3- abolition du droit à l'héritage 4 abolition du patrotisme 5 abolition des religions 6 abolition de la famille 7 création d'un gouvernement mondial
Plusieurs de ces buts ont été atteints et le gouvernement mondial est l'est presque. Disparu l'ordre des illuminatis et la patente?

8:22 p.m.  
Anonymous US Sén. McCarthy said...

Je dois faire amende honorable.
Boisclair devait rejoindre la firme de consultant McKinsey & Co qui n'est pas de l'empire Power Corporation of Canada, mais relié au groupe Carlyle, qui contrôle le complexe militaro-industriel des EUA. Ce n'est pas du tout la même famille.

Problème de source à revérifier.
Comme la firme McKinsey est une firme de consultation mondiale et non un cabinet d'avocats.
Peut-être qu'il postulait à deux endroits? Aidez-moi SVP

11:56 p.m.  

Publier un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home