lundi, septembre 10, 2007

SPÉCIAL COMMISSION BIDON

Deux signes maçonnique: le toucher des lunettes et le regard par-dessus les lunettes. Notez le regard direct vers la caméra
27 sept.2007 (La Presse): Le Conseil du statut de la femme veut limiter la liberté de religion. La présidente du Conseil du statut de la femme, Christiane Pelchat en train de faire une pyramide maçonnique.

(Important: rappel au sujet des 12 signes maçonnique lien.)
10 septembre 2007, ouverture de la commission bidon sur les "accommodements raisonables". Gérard Bouchard laisse savoir par deux signaux à tous ses frères maçons qu'il s'agit ici rien de plus que d'une pièce de théatre maçonnique. Les recommendations (ordres) de cette commission bidon sont déjà écrits littéralement sur le tableau: LAÏCITÉ, comme en (grand orient de) France.

12 septembre 2007 (Le devoir) Commission Bouchard-Taylor - La laïcité contre-attaque
(extraits) "D'où l'idée de transformer Pâques en «congé civique à date fixe». Noël est laissé en l'état, cette fête du solstice d'hiver ayant aussi des origines païennes et donc acceptables"
http://www.ledevoir.com/2007/09/12/156514.html

13 septembre 2007 (Le Droit) La Commission sur les accommodements raisonnables n’avait pas encore quitté Gatineau que la Commission scolaire des Portages-de-l’Outaouais (CSPO) ordonnait à une de ses écoles, plus tôt cette semaine, de retirer l’ensemble des crucifix encore accrochés aux murs de l’établissement.
http://www.cyberpresse.ca/article/20070913/CPDROIT/70913227/5046/CPDROIT

21 septembre 2007 (Le Quotidien) Vers une loi sur la laïcité?
La création d'une société laïque dans le plus pur sens du terme ne sera pas une mince affaire, mais le défi ne doit pas empêcher le gouvernement du Québec d'adopter une loi sur la laïcité dans les endroits publics.
L'échange entre la Jonquiéroise Marthe Asselin-Vaillancourt [une féministe extrémiste de longue date -antimaçon], favorable à une telle loi, et le coprésident de la commission Gérard Bouchard a été révélateur concernant une telle mesure. C'est le coprésident qui a soumis cette possibilité à Mme Vaillancourt
http://www.cyberpresse.ca/article/20070921/CPACTUALITES/709210426/5276/CPACTUALITES

25 sept 2007: aujourd'hui vient de disparaître au Québec la liberté de religion.
En effet, un nouveau dogme de la religion d'état maçonnique du Québec vient d'être énoncé dans une bulle maçonnique émanant du conseil du statut de la femme: "Dans une entrevue diffusée en fin de semaine, le premier ministre Charest se disait totalement en faveur de la proposition du Conseil du statut de la femme de faire de l'égalité entre les sexes une règle fondamentale qui allait dominer toutes les autres.... que l'égalité entre hommes et femmes, il n'y a pas de compromis à faire avec ça», a soutenu M. Charest."
On va donc créer au Québec une hiérachie dans les droits qui devront tous se soumettre à une mythique "égalité" homme-femme et dont les règles vont être en réalité décidées par des féministes radicales.
http://www.cyberpresse.ca/article/20070925/CPACTUALITES/709250524/1026/CPACTUALITES
Yves Boisvert commente d'ailleur la situation mieux que moi
http://www.cyberpresse.ca/article/20070921/CPOPINIONS05/709210511/6749/CPOPINIONS05

9 oct. 2007: Accommodements raisonnables - La CSN propose une Charte de la laïcité.
(Le Devoir). Et voila, on approche du réel objectif de la FM, c'est-à-dire l'imposition d'une laïcité à la française. "Nous croyons que puisque le réseau de l'éducation est maintenant déconfessionnalisé et que la religion n'y sera plus enseignée à compter de septembre 2008, il faut faire le dernier pas vers la laïcité"
Et hop! Il faut vraiment admirer comment tout l'agenda politique au Québec est si merveilleusement scripté. Tout ce cirque sur les accomodements avaient été concocté en prévision de cette date magique de septembre 2008...
http://www.ledevoir.com/2007/10/09/159853.html

10 oct. 2007 (La Presse) Charest amendera la Charte. Le gouvernement Charest proposera dès cet automne d’amender la Charte québécoise des droits et libertés pour y assurer la primauté de l’égalité entre les sexes sur la liberté de culte.
Voici bien la preuve que la commission est bidon et que nos votes ne valent rien. Aucun débat ne sera toléré. Tout dictat du conseil du statut de la femme a immédiatement force de loi. Le vote (une formalité désuette) sera naturellement unanime à l'assemblée nationale.

11 oct. 2007 (Canadian Jewish News) L'ADQ explique son project de constitution québécoise: "...d’après Gilles Taillon, pour assurer la pérennité de l’identité québécoise: l’égalité entre les hommes et les femmes; la primauté de la langue française; affirmer que les institutions publiques québécoises -écoles, hôpitaux…- sont laïques; et préserver l’État de droit, c’est-à-dire une Charte des droits et libertés et un pouvoir politique démocratique".
http://www.cjnews.com/TOPScnCJN/index.php?option=com_content&task=view&id=13283&Itemid=86
Commentaire: ceci est exactement la même chose que la charte de la laïcité de la CSN.
Pourtant, Dumont a dénoncé cette charte pas plus tard qu'hier.
http://www.cyberpresse.ca/article/20071009/CPACTUALITES/71009201/1026/CPACTUALITES

18 oct. 2007 (Le Soleil) Offensive laïque. Le maire et franc-maçon avoué, Stéphane Gendron, exige le retrait du crucifix à l'assemblée nationale et demande l'interdiction du port de symboles religieux pour les fonctionnaires. Par contre, selon lui, cette interdiction ne toucherait pas les élus. Rapellons que ce personnage
aime faire la sieste dans un cerceuil et qu'il porte aussi une bague avec un pentagramme inversé...
http://www.cyberpresse.ca/article/20071018/CPSOLEIL/71017259/6584/CPSOLEIL
(La Presse) Marois veut amender la Charte et doter le Québec d'une constitution
"Le document proposera que l'égalité entre les hommes et les femmes, la prédominance du français et la laïcité deviennent des valeurs fondamentales enchâssées dans la Charte québécoise des droits de la personne." Donc, c'est exactement la même chose que la charte de la CSN et de l'ADQ...
http://www.cyberpresse.ca/article/20071018/CPACTUALITES/710180795/1019/CPACTUALITES

131 Comments:

Anonymous Louis le Pieux said...

Tu as raison, Anti-Maçon, ce Bouchard est un franc-maçon, ça saute aux yeux. Mais c'est pas la manière qu'il tient ses lunettes ni le fait qu'il regarde l'objectif de la caméra qui sont des signes maçonniques. C'est la longueur et le fausse teinte de gris de ses cheveux, qui correspond au 68e degré du rite maçonnique Memphis-Misraïm (qui a 99 degrés). Autre signe qui saute aux yeux: il a 3 rides sur le front, qui symbolisent les 3 premiers degrés des Loges Bleues de la maçonnerie. Et comme par hasard, de quelle couleur est le fond du panneau derrière lui ?

Cet homme est dangereux. Il faut le dénoncer car il a le pouvoir d'anéantir le Québec en tant que chef des hordes maçonniques. J'ai peur quand je vois cette photo, c'est la plus pure expression du Mal incarné.

1:34 a.m.  
Anonymous big cat said...

Allélouïah!

http://www.ledevoir.com/2007/09/11/images/bri_jn_110907.jpg

9:56 a.m.  
Anonymous big cat said...

Le Pieux,

Est-ce à dire le poteau d'empalement des victimes de la maçonnerie ?

Ou le lit de toutes les fornications homosexuelles en loge?

10:00 a.m.  
Anonymous big cat said...

La laïcité ressort comme autre principe central des questionnements populaires. En se basant sur son expérience, Madeleine Lemay a défendu ce fondement de la société québécoise et demandé de réaffirmer fortement cette valeur en même temps que certains autres, dont l’ouverture ou le respect des différences.
«Je suis contre la religion et la sexualité dans les rues», a enchaîné une Québécoise d’origine belge fortement applaudie. Elle s’est vanté d’avoir écouté la série télévisée Les belles histoire des Pays d’en Haut pour mieux s’intégrer il y a quarante ans. «Et vous êtes aussi jolie que Donalda», lui a envoyé le président Bouchard.

Une copine de Jiri ?

10:07 a.m.  
Anonymous big cat said...

Le président Gérard Bouchard a choisi, d’ouvrir sa propre intervention par un mea culpa. «À cause de certains propos maladroits, que j’ai tenu au sujet des gens qui regardent les nouvelles à TVA ou TQS, on pu laisser croire que je les méprisais, a-t-il dit. J’en suis sincèrement désolé et même profondément malheureux.»

Dans une entrevue au Devoir, le 17 août, il avait apparenté ces téléspectateurs à des gens qui n'étaient pas des intellectuels et qui n'avaient donc pas le jugement critique nécessaire pour faire la part des choses dans ce débat émotif sur les accommodements raisonnables.


Évidemment, il est maçon. La majorité silencieuse est chrétienne assourdie.

10:10 a.m.  
Anonymous big cat said...

Les règles de participation, très strictes, ne laissaient que deux minutes à chacun des participants du public. Ce premier forum a lui-même concentré le principe de la tolérance, très peu d’excès xénophobes y ayant été entendus. Beaucoup d’intervention ont souligné l’apport bénéfique de l’immigration. Encore plus ont cependant manifesté de l’inconfort face à certaines concessions anti-laïques.

Ont ils suivi le code Morin ?

10:13 a.m.  
Anonymous big cat said...

Le téméraire en a rajouté en expliquant que chacun devait se conformer à l’idéal de laïcisation de la société québécoise et surtout des institutions publiques, y compris en rejetant les compromis des accommodements raisonnables. «Qui n’est pas immigrant ici?, a-t-il finalement demandé. Je suis ici depuis 15 ans, d’autres depuis 200 ou 400 ans.»

Hmm. Actuellement, j'ai du sang amérindien. Probabablement que le premier des immigrants de mes ancêtres courrait sur le grand glacier recouvrant l'Est du Canada.

Quoiqu'il existe une théorie affirmant que les premiers amérindiens du Nord-Est de l'Amérique du Nord provenaient de France ... à l'époque du Solutréen.

La première Grande Traversée aurait longé la banquise, un vivier de nourriture, pour donner naissance à la civilisation de Clovis.

10:20 a.m.  
Anonymous big cat said...

Aujourd'hui nous sommes le 11 septembre.
Un mardi, comme en 2001.

À quand une planche sur les Versets Maçonniques mon cher Vital ?

10:30 a.m.  
Anonymous Jacinthe Bédard, Montréal said...

Y a-t-il un intellectuel dans la salle... de presse ?

Suffit. De jour en jour, la lapidation se poursuit, à travers laquelle trop peu de voix dissidentes se font entendre. De jour en jour, les journalistes, ces « experts généralistes », s’échinent à trouver à messieurs Gérard Bouchard et Charles Taylor des vices cachés, des défauts de fabrication qui les rendraient inaptes à soutenir avec aplomb cette commission sur les accommodements raisonnables dont il faut bien dire qu’elle est absolument nécessaire. Pourtant, ce sont ces mêmes experts en tout qui, une fois par année, nous sortent un dossier chaud sur le « silence » des intellectuels, leur « démission », leur absence de la place publique. Mais pourquoi s’exprimeraient-ils si leur parole est d’emblée, et toujours, déclarée inapte ?

Ce discours à double tranchant, cette condamnation du silence des penseurs québécois et ce rejet de leur parole, ruine en sa base même la dimension publique que pourrait — voire devrait — avoir le travail de l’intellectuel. Dimension qui, en effet, est à la base même de la définition de la figure telle qu’elle s’est imposée à travers Sartre au XXe siècle. Or, Sartre n’a pas toujours eu raison, tant s’en faut. Néanmoins, qui réfute aujourd’hui l’importance qu’il a eue, et continue d’avoir, dans l’histoire des idées ?

L’intellectuel doit d’abord formuler un discours. Formuler un discours, c’est tenter d’ordonner ce monde déraisonnable, c’est faire des rapprochements, se risquer à trouver une piste de vérité sur la base de laquelle il serait possible de penser le monde pour, à terme, mieux l’habiter. C’est précisément ce à quoi se risquent messieurs Bouchard et Taylor.

Soyons sérieux. Peut-on douter de leur compétence ? Nous avons affaire à deux professeurs d’université respectés, à deux penseurs admirés et étudiés. Charles Taylor figurait au nombre des vingt-cinq plus grands penseurs vivants répertoriés par Le Nouvel Observateur. Sa philosophie éthique est l’une des plus commentées dans le monde. Quiconque la fréquente un tant soit peu se rend bien compte que les accusations qu’on a formulées à son endroit sont proprement ridicules.

Gérard Bouchard, le romancier, est, dit-on, épatant. Depuis de nombreuses années, ce sociologue nous aide, dans cette langue si belle qui est la sienne, à réfléchir notre société. Pour ma part, je me sens privilégiée que ces deux hommes veuillent bien m’écouter pour, ensuite, formuler leur discours.

Bien sûr, tout cela ne nous empêche en rien de remettre leurs propos en question. Mais condamner les hommes, c’est tout autre chose. Les critiques qui leur sont adressées sont symptomatiques d’un mal bien plus grand et grave qu’il n’y paraît. Elles n’ont pas comme seule conséquence la mise en danger d’une réflexion essentielle qu’elles détournent de son centre ; elles invalident à l’avance le discours intellectuel qu’il faut pourtant, et dans toutes ses imperfections, restituer. Urgemment. Je ne suis pas convaincue que les détours réducteurs des experts généralistes — il faut faire vite, dans le monde du journalisme ! — soient vraiment aptes à éclairer notre monde.

La nomination de messieurs Taylor et Bouchard m’avait redonné espoir. Je suis maintenant forcée de constater que nous ne sommes tout simplement pas prêts à affronter un discours qui, souvent, nous remet en question, et nous oblige à sortir de nos lieux habituels de pensée. Il semble qu’on lui préfère ces dossiers journalistiques qui constatent, sans y remédier, une chose qu’ils ont eux-mêmes contribué à créer : le silence des intellectuels.

10:44 a.m.  
Anonymous big cat said...

Sans compter que chez nous, les femmes en niqab se comptent sur les doigts de la main. Selon M. Elmasry, il n’y en a pas plus d’une cinquantaine dans l’ensemble du Canada. -- Lysiane Gagnon, La Presse

Et pourtant j'en ai déjà croisé une à Toronto qui conduisait une voiture en vrai danger public. Sur le pare-choc, une vignette : Islam is the Solution.
Je suis contre l'accommodement raisonnable permettant aux femmes musulmanes en Niqab ou en Tchador de conduire une voiture. Je sais que je parais appuyer la loi séoudienne à ce sujet, mais c'est çà qui est çà!

10:56 a.m.  
Anonymous big cat said...

Aussi, le DGE a expressément interdit le port du voile dans la partielle de Charlevoix. Pourquoi cette interdiction localisée ?
Je doute qu'il y soit une seule femme voilée dans ce comté champêtre à 100% pure laine.

11:01 a.m.  
Anonymous big cat said...

« On s’en remet encore à une commission pour régler un problème de société, dit le professeur, juriste et politologue de formation, qui se spécialise dans les analyses oscillant sans cesse entre la société et ses fondements juridiques. [...] Les législateurs, de plus en plus, se comportent comme des inaptes en matière morale et éthique. Dès qu’une question complexe surgit, on s’interdit d’en débattre sur la place publique et on remet le dosier aux tribunaux ou à une commission dans l’espoir que la question va s’effacer. Il y a là l’évident laisser-faire moral d’un État minimal, je veux dire sans substance éthique ou politique. »---Marc Chevrier, poli-tologue


C'est l'état maçonnique

11:06 a.m.  
Anonymous big cat said...

Marc Chevrier observe aussi la juridicisation croissante des commissions, souvent dirigées par d'anciens juges mimant les procédures légales, la récente commission Gomery sur le scandale des commandites concentrant cette tendance au pur jus. «On y est tellement habitués que l'on a mal réagi quand MM. Bouchard et Taylor ont affirmé des idées et défendu des positions, en commettant des erreurs, évidemment. L'intellectuel est comme un politicien: il s'avance, alors que le juge demeure en retrait.»

Les juges étant recrutés, bien sûr, chez les franc-maçons

11:10 a.m.  
Anonymous Gargamel said...

17. Posté par Jules Chevrier le 10/09/2007 08:05

C'est quoi le clan Rae de Power Corporation ? Un groupe de lutteurs professionnels ?

L'évidence qui saute aux yeux c'est que Vital Durocher est un copain belge de Jiri. Mais peu importe qui c'est, il est amusant.


18. Posté par Jiri Pragman le 10/09/2007 08:24

Moi, la belgitude chez Vital Durocher ne me paraît pas évidente. Il faudrait passer à une analyse méthodique du vocabulaire et de la syntaxe pour identifier l'origine nationale (ou plutôt l'environnement culturo-linguistique) de Vital Durocher.

Jiri
http://www.franc-maconnerie.be


19. Posté par Gargamel le 10/09/2007 10:15

@Jules Chevrier,
C'est un groupe de lutteurs en effet.
Ce groupe est accoquiné avec le baron Frère et Sarkozy.
Il a pénétré dans Total, Areva, Suez via Pargesa.
Connaissez-vous le fonds Sagard ?

En Chine, il s'est mis au service de Li Gaxing et al. en constituant le C.I.T.I.C.


20. Posté par Gargamel le 10/09/2007 11:32

J'oubliais de dire que Power Corporation a mis un premier ministre Chrétien à la tête du Canada parce que celui-ci était leur avocat.


21. Posté par Luc PETIT le 10/09/2007 16:58

Pauvre Jiri !
La prochaine fois que je te rencontrerai, je t'amènerai de l'ail, de l'eau bénite et un grand crucifix... Histoire d'écarter les mauvais esprits et les "fatwas" chrétiennes... Je ne voudrais surtout pas qu'il t'arrive quelque chose !
Ce n'est pas que je te porte un amour fraternel débordant mais je ne voudrais pas être privé de ton blog intéressant !


22. Posté par Jules Chevrier le 10/09/2007 18:06

Et l'individu que vous soupçonnez d'être Vital Durocher aurait partie liée à tout ça ? Oh la la, il doit être bien riche et puissant et je m'inquiéterais alors de ce que cet intégriste délirant (mais comique) pourrait faire avec ses immenses moyens et son pouvoir. Tant qu'il reste sur le web, ça va, mais autrement, on aurait des raisons de le craindre.

Le Canada a eu un premier ministre chrétien ? Je suis surpris de vous voir souligner ce fait, je ne pensais pas que le Canada avait eu dans toute son histoire un seul premier ministre qui ait été chrétien. Les autres étaient-ils tous d'autres religions ou des athées ?


23. Posté par Jiri Pragman le 10/09/2007 19:48

J'ai comme le sentiment qu'il n'est pas question d'un premier ministre chrétien mais bien du premier ministre Chrétien - Jean de son prénom - qui a exercé cette charge de 1993 à 2002.

Jiri
http://www.franc-maconnerie.be


24. Posté par Gargamel le 11/09/2007 15:52

Correction,
Jean-Joseph Chrétien. Beau-Père d'André Desmarais, qui a représenté Power Corporation sur le C.A. du CITIC en Chine. Bref, il est à la fois proche de Chirac et de Sarkozy.
C'est un des " lutteurs " de Power.
Je doute qu'il soit franc-maçon. Il avait nommé comme lieutenant-gouverneur du Québec un ex-néo-Frère Chasseur pro-nazi pro-franquiste, pro-Salazariste qui avait participé à des émeutes antisémites à Montréal en 1942.
Son poulain n'a pas duré un an, et Chrétien a dû nommer une femme affiliée à l'Opus Dei pour le remplacer. Bref, ce Chrétien était sous l'égide de l'Opus Dei.

Pour vous donnez une idée du personnage, voici comment il prend au sérieux son mandat :
http://quebecitude.blog4ever.com/photos/109426.jpeg

Il bat à plates coutures Sarkozy et ses Kärchers.
Après tout, il est d'une famille de bûcherons.



25. Posté par Franck le 11/09/2007 18:48

Bonsoir,
Deux petites remarques en passant (je passe souvent mais participe peu) :
1) Je suis sidéré que des F puissent prendre la prose de Vital Durocher au premier degré, le canular est évident (pour le bon goût, je ne me prononcerai pas)
2)Je ne connais pas Power Corporation mais les propos tenus ici sentent la théorie du complot à plein nez, toute information mériterait d'être recoupée sérieusement (la FM souffre encore assez de la théorie du complot)

Bonne soirée à tous


26. Posté par DrXu le 11/09/2007 18:55

Je ne peux pas croire que "Vital Durocher" soit à prendre au premier degré!
Qu'il fasse partie de groupes internationaux, pourquoi pas?
Mais la ficelle est trop grosse...

3:58 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Parlant d'accomodements, imaginez le coup de marketing que les maçons pourraient faire en envoyant ce zouave maçonnical à la commission bidon.
http://www.glquebec.org/francais/GMBio_fr.htm

Parlant aussi de Bouchard et frères, sont ils membres de la loge Albion de Québec puisque cette dernière a absorbé la défunte loge du Saguenay? (antimacon)

4:51 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Anonyme said...

Parlant d'accomodements, imaginez le coup de marketing que les maçons pourraient faire en envoyant ce zouave maçonnical à la commission bidon.
http://www.glquebec.org/francais/GMBio_fr.htm

Parlant aussi de Bouchard et frères, sont ils membres de la loge Albion de Québec puisque cette dernière a absorbé la défunte loge du Saguenay? (antimacon)


Au moins mon cher M. Cohen, il a le guts de ses convictions et ça ne le dérange pas de publier sa photo et son nom ;)

Elim

5:11 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

mais Cohen est VRAIMENT mon vrai nom.
Vraiment.

5:33 p.m.  
Anonymous big cat said...

À Cohen,

Hush! hush! Hush!

Ne JAMAIS dire qui tu es, car ils vont se servir de leur magie noire luciferienne pour au mieux te tuer, au pire te golemniser (c'est à dire, zombifier).

En passant, sais-tu que le vaudoo en Haïti dérive de la franc-maçonnerie?

C'est un peu comme l'équivalent du KuKlux Klan au États-Unis. Quand les Franc-maçons français ont traversé pour soutenir la rébellion des franc-maçons américains contre la Couronne britannique, les premiers arrivés provenaient d'Haïti : des planteurs héritiers spirituels du négrier Voltaire qui promirent la liberté aux esclaves qui seraient volontaires pour se battre.

Parmi ce premier corps noir, Toussaint Laverdure. C'est ce corps noir formé au combat pour l'indépendance américaine qui deviendra le noyau de la résistance à Napoléon et qui achèvera l'indépendance de l'île.

6:51 p.m.  
Anonymous big cat said...

Pour des raisons de fierté, ne jamais associer le mot zouave à la franc-maçonnerie. J'ai un ancêtre zouave canadien qui fut un héros de la bataille de Mentana où les maçons de Garibaldi furent battus à plates coutures dans leur tentative de saisir Rome abandonné par les Gardes Suisses.

6:58 p.m.  
Anonymous big cat said...

Le monsieur accommodé est probablement un heureux gagnant de la loterie coloniale.

Espéront qu'il ne fait pas partie de la confrérie maçonnique indienne des Thugs.

Antimaçon,
Va voir sur Wikipedia pour les Thugs.

7:02 p.m.  
Anonymous big cat said...

Antimacon,

Le 21 octobre prochain, il se tient une journée de propagande maçonnique à l'hôpital des Shriners de Montréal.

Est-ce que l'on s'invite?
On pourrait y rencontrer Daniel Laprès s'il est toujours vivant. Quoique possiblement qu'il soit rentré en religion, d'où son changement de nom pour marquer la rupture avec son passé.

Il faut tuer son Père et sa Mère pour pouvoir rejoindre le Nirvana. Pour Daniel, le Père et la Mère représentaient la famille maçonnique.

Maintenant il est devenu Saint-Vital-du-Christ-Roi.

7:43 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Shriners c,est plus des anglophones. Selon mon petit doigt, les gros poisson devrait se pêcher chez coeurs-unis à Montréal et Albion de Québec. Quoique renaissance, alliance, artisans, delta, jean t.
etc doivent être pas mal intéressantes aussi
http://www.glquebec.org/francais/logesparville.php

8:03 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

http://www.cyberpresse.ca/article/20070911/CPACTUALITES/70911001/6488/CPACTUALITES

Procès de Myriam Bédard: Mazhari parle d'un complot

Il a déclaré aux représentants des médias que le passage de Myriam Bédard devant la commission Gomery, chargée de faire la lumière sur le scandale des commandites, a déclenché une cascade de procédures juridiques à leur endroit.

8:12 p.m.  
Anonymous Une Infomane said...

MTC:. Elim,

un article de l'Express juste pour toi.

http://www.lexpress.fr/info/france/dossier/francsmacons/dossier.asp?ida=394092

8:25 p.m.  
Anonymous Une Infomane said...

Pardon MTC:.Elim
L'article précédent est réservé à Monseigneur Vital.

Juste pour toi, voici
http://www.lexpress.fr/info/france/dossier/francsmacons/dossier.asp?ida=392250

8:28 p.m.  
Anonymous Une Infomane said...

Pauvre Myriam et pauvre enfant (sa fille).
Le beau Daniel sait ce qu'il coûte de trahir la franc-maçonnerie. Il voit le prix à travers ce couple.

8:37 p.m.  
Anonymous Une Infomane said...

Antimacon,

un peu de lecture maçonnique qui te mettra du baume sur le coeur (ou t'embaumera).
http://www.bloghuntingdon.com/article-7088741.html

8:45 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Ce passage de l'article de l'express me fait penser à la loge liberté de Montréal:

"Effet pervers du parrainage, on trouve parfois des ateliers d'enseignantes ou d'informaticiennes. Plusieurs sœurs de la GLFF évoquent même au moins une loge parisienne majoritairement homosexuelle"

9:47 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

cest evident que cest commanditer par la franc maconnerie ste merde la,avec le gars du forum economique a lcn pour commenter LOL.
Ils se servent des autres religions pour effacer le christianime du quebec,clair et simple ,le but des loges est de completer la boucle de leur revolution tranquille que peladeau a bien accomplit.LAICITER pu de croix fait trop mal aux yeux de ceux qui venerent satan.Bientot la religion va etre interdit (dici 5ans) sauf leur mystiscime/paganisme/materialisme avec leur roi despot a la tete.

12:33 a.m.  
Anonymous Anonyme said...

jvoulais dire trudeau mais peladeau,desmarais change pas grand chose:)

12:34 a.m.  
Anonymous Anonyme said...

Big Cat, J'ai étudié le Vodou Haitien et j'ai même participé à plusieurs cérémonies. Je peux te confimer à 150% que ça n'a rien a avoir avec la FM bien que certains Houngan soient aussi Macons. (Et il y a un vévé qui ressemble à un symbole maçonnique).

Le Vodou est le plus vieux système religieux non-corrompu sur Terre et il relate les traditions de nos ancêtres les plus distants; tout comme le Shamanisme Sybérien d'ailleurs. Éviter d'étudier ces systèmes et dire que l'on comprend les religions modernes est comme dire que l'on peut envoyer des e-mails si on ne sait pas comment écrire. Vous allez seulement pouvoir expérimenter le religieux à travers les expériences des autres!

Elim

1:10 a.m.  
Anonymous Anonyme said...

infomane, ces articles sont intéressants et démontrent un aspect différent de la Maçonnerie. Merci!

Elim

1:11 a.m.  
Blogger anti-macon said...

Note: les messages pornographiques sont interdit ici. J'ai été obligé d'en censuré plusieurs. Ne m'obligez pas à recommencer SVP.
---------------------------

Pragman qui parle encore de moi sur son blog, ça doit être la 3e ou 4e fois. Il ridiculise la théorie des signes maçonniques. Je lui ai pourtant demandé plusieurs fois de commenter plutôt le livre sur lequel je me base, soit Freimaurersignale in der Presse mais à chaque fois il efface mes messages.

11:05 a.m.  
Anonymous Anonyme said...

http://www.cyberpresse.ca/article/20070912/CPACTUALITES/709120652/6782/CPACTUALITES

Voici l'agenda qui se dessine: supprimer les fêtes religieuses chrétiennes au Québec.

"Et si le Québec veut être cohérent, il devrait remplacer ses fêtes religieuses par des congés civiques, selon ce groupe de professionnels.

Le coprésident Gérard Bouchard a semblé très intéressé par l'idée de l'office."

11:31 a.m.  
Anonymous Anonyme said...

Et si le Québec veut être cohérent, il devrait remplacer ses fêtes religieuses par des congés civiques, selon ce groupe de professionnels.



C'est pas bête comme idée... Les congés civiques à date fixe sont aussi plus facile à gérer pour les compagnies (tant PME que multi-nationales).

Elim

3:13 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

O-la-la ! Un érudit voodouisant. Ce doit être Hannibal Lecter.

5:15 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

L'histoire des piscines séparées pour les femmes, c'est pas bête. On évite les cas d'harcèlements sexuels et attouchements "accidentels". Après tout, les toilettes font bien cette discrimination.

J'oserais demander un système de transport séparé ou des wagons de métro réservés aux femmes, comme en Corée.

5:48 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Il y a une grosse différence entre un système civil vs religieux et un système sexiste ou raciste...

Les congés qui s'appliquent à tous et qui sont mandatés par l'État ne devraient-ils pas être laiques et/ou historiques?

Pourquoi avons-nous un congé pour la Pâques Chrétienne alors qu'il n'y a pas 5% de la population qui l'est?

Elim

6:52 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Voici le mémoire du groupe des 12 fonctionnaires fédéraux(!) qui demandent une fête paienne au lieu de pâques. Ils citent le mouvement laique québécois en exemple...


Nous sommes une douzaine de professionnels diplômés universitaires, certains parents de jeunes enfants. Nous avons vécu dans plusieurs villes du Québec et, pour certains d'entre nous, du monde. Nous ne représentons ni groupe d'intérêt ni association d'aucune sorte. Si plusieurs ont participé au brassage d'idées ayant mené à ce mémoire, notons que certains ont préféré ne pas y apposer leur signature de peur de rencontrer des problèmes dans leur milieu de travail, la fonction publique fédérale pour plusieurs d'entre nous.


Périmètre de réflexion

Comme le souligne d'ailleurs le document de réflexion, nous sommes d'avis que le malaise généré par certaines pratiques d'accommodement ne devrait d'aucune façon être assimilé à un malaise face à l'immigration en général. Ces deux questions nous apparaissent comme étant distinctes et dissociées. D'abord parce que les demandes d'accommodement ne sont généralement pas reliées à des diasporas spécifiques, ensuite parce qu'elles ne sont pas uniquement le fait de communautés ou de personnes récemment établies au Québec.

Pour cette raison, nous hésitons à suivre la commission dans une réflexion qui déborderait de la question des pratiques d'accommodement pour traiter de l'intégration des immigrants. L'immigration nous apparaît comme une source inépuisable d'enrichissement collectif et nous ne souhaitons pas la remettre en question. Nous nous en tiendrons donc aux questions qui touchent spécifiquement les pratiques d'accommodement et les replacerons dans leur véritable contexte, celui de la place des pratiques religieuses dans les institutions communes.

Cette commission nous apparaît nécessaire pour établir des principes directeurs qui non seulement guideront le Québec dans son ensemble sur ces questions, mais encadreront les gestionnaires d'institutions publiques dans leur réponse aux diverses demandes d'accommodements leur étant soumises. Nous croyons en effet qu'il faut adopter des règles générales pour éviter la multiplication des exceptions, le cas-par-cas et l'arbitraire.

Il est à noter que par institutions publiques, nous entendons l'ensemble des ministères et organes provinciaux et municipaux financés par les contribuables (hôpitaux, centres communautaires, centres de la petite enfance, etc.). Bien que nous souhaiterions voir le secteur privé s'inspirer de nos recommandations, nous comprenons qu'il soit libre de consentir à ce que bon lui semble.

Accommodements raisonnables: un concept juridique galvaudé

Il est utile de rappeler le but premier d'un accommodement: éviter que l'application des lois et règlements n'entraînent une discrimination à l'endroit d'un individu en raison de particularités individuelles protégées par la loi.

Nous estimons que l'État québécois n'a pas le même fardeau d'accommodement selon qu'il fait face à des personnes confrontées à des états objectifs et involontaires (sexe, âge, handicap, etc.) ou à des personnes qui s'imposent certaines obligations (en particulier religieuses) par choix personnel.

Aussi partageons-nous l'étonnement du Mouvement laïque québécois devant ces «juges [qui] semblent accepter d'emblée que les obligations que s'imposent les croyants coulent de source divine» et constituent autant de «fatalités» auxquelles ils ne peuvent se soustraire. Pire, les tribunaux ont tendance à adopter une conception subjective les menant à endosser les interprétations religieuses les plus radicales lorsqu'ils déterminent les obligations de pratique des demandeurs. Dans la mesure où il n'existe pas de consensus au sein d'une même communauté sur les obligations découlant d'une tradition culturelle ou d'une croyance religieuse (qu'on pense aux messes quotidiennes, au port du kirpan, de la kippa ou du foulard islamique), l'État québécois est-il vraiment obligé d'accommoder ceux qui adhèrent librement à des régimes de vie plus stricts? Nous pensons que non.

Nous constatons que les demandes d'accommodements ont été acceptées du moment qu'elles n'engendraient pas de coûts (monétaires ou organisationnels) démesurés. À notre avis, ce cadre d'analyse purement matériel est réducteur. Il doit être élargi pour prendre en considération la portée idéologique des dites demandes et la caution que la société québécoise, et en particulier l'État, sembleraient y apporter en y acquiesçant. Si les valeurs véhiculées par les demandes contredisent celles que désire se donner le Québec, alors ces demandes devraient être refusées. S'il faut rester ouvert à la différence, il faut aussi à notre avis éviter le piège du relativisme culturel.

Valeurs: la mixité, cette grande oubliée

Il nous apparaît nécessaire de façonner la société québécoise autour de ses valeurs communes en excluant de la sphère publique toute valeur rattachée à des idéologies politiques ou religieuses qui, en se confrontant, ont historiquement engendré la confrontation et parfois la fracture sociale.

Si nous partageons la plupart des «valeurs fondamentales» énumérées dans le document de réflexion, il nous apparaît primordial de réaffirmer haut et fort que l'espace public québécois se veut mixte. Les hommes et les femmes doivent s'attendre à se côtoyer, dans leur environnement professionnel, culturel et social comme dans leurs interactions avec l'État québécois. C'est dans la mixité que l'égalité hommes-femmes prend tout son sens. Aussi, les demandes visant à soustraire les femmes du regard ou du contact des hommes nous apparaissent comme autant de négations implicites de l'égalité auxquelles nous ne pouvons souscrire.

C'est pour cette raison, par exemple, que nous croyons que les gestionnaires montréalais ont eu tort d'accepter de réserver au seul usage des femmes certaines piscines publiques quelques heures par semaine. Ce n'était peut-être pas onéreux ou compliqué à faire, mais cela envoyait un message contraire aux valeurs que partagent les Québécois.

Laïcité affirmée

Nous souhaitons que le Québec achève sa transition vers la laïcité, en particulier au niveau de ses lois et de ses institutions. Cette laïcisation n'est pas incompatible avec la liberté de religion défendue par les chartes, au contraire. Affirmer la préséance des lois civiles sur les croyances religieuses est la seule façon d'assurer une véritable liberté de religion à tous les Québécois, quelles que soient leurs origines et leurs croyances.

Il peut être utile ici de rappeler qu'il s'agit de liberté de religion, et non d'un droit. La liberté d'expression contraint-elle un employeur à offrir un téléphone à un employé qui voudrait participer à une tribune téléphonique, ou à allonger ses pauses? Non, bien sûr. Contrairement à une interprétation de plus en plus répandue, l'État n'a donc, à notre avis, aucune obligation à fournir les moyens de la pratique religieuse, mais seulement à en garantir la liberté de pratique --- y compris la liberté de n'en pratiquer aucune. La liberté de religion suppose aussi un choix personnel, qu'on présume éclairé et fait en toute connaissance des contraintes et obligations qui y sont associées. Il n'est donc pas acceptable qu'on attende de l'État qu'il nous soulage de l'effet de ces contraintes et obligations...

Nous proposons donc les principes suivants pour encadrer les décisions relatives aux demandes d'accommodement dans les établissements publics:
- l'accommodement demandé ne devrait pas se traduire par un avantage ou la libération d'une obligation (congés supplémentaires, exemption de cours ou d'examen, non-identification au bureau de scrutin ou sur les documents officiels)
- l'accommodement ne devrait pas empiéter sur les droits d'autres personnes, y compris les membres de la même communauté ou de la famille (piscine non-mixte, vitres givrées, restrictions alimentaires généralisées, etc.).
-l'accommodement ne doit pas découler d'une valeur idéologiquement en contradiction avec les valeurs fondamentales du Québec.

La laïcité des institutions québécoises implique que les convictions religieuses n'y ont pas leur place. Tout en étant conscients que la jurisprudence a pris une autre direction, nous privilégions un État dont les représentants entrant en contact avec le public se gardent d'afficher leurs croyances, de la même manière qu'ils sont déjà empêchés d'afficher leurs appartenances politiques. Il en va de l'apparence de justice. Nous pouvons imaginer de nombreux cas de figure où une personne s'adressant aux autorités pourrait se sentir injustement traitée, ou craindre de l'être, parce que le représentant de l'État avec qui elle fait affaire affiche une croyance contraire à la sienne. N'est-il pas ironique que les juges ayant autorisé des dérogations aux uniformes de l'État portent eux-mêmes des toges précisément pour projeter cette image de neutralité?

L'effort de laïcisation de nos institutions doit nous amener à repenser les congés statutaires. En redonnant leur caractère civique aux congés fériés, on s'évite une multitude de complications découlant des demandes d'accommodement reliées aux fêtes religieuses des uns et des autres. Il en va, à notre avis, de la fonctionnalité de la société dans un esprit d'égalité des citoyens. Dans cet esprit, il serait peut-être approprié de transformer le seul congé mobile dont la date est dictée par l'Église, Pâques, par un congé civique à date fixe sans connotation religieuse particulière. Pour ce qui est de Noël, il nous apparaît moins nécessaire d'y revenir. Cette fête à date fixe a d'abord une origine païenne, elle souligne un changement important de saison et elle correspond à une étape charnière du calendrier, soit la fin de l'année civile. En outre, chaque citoyen pourrait se voir offrir un jour de congé mobile qu'il utiliserait à sa guise pour la fête de son choix.

L'école, zone de neutralité pour tous

Nous croyons nécessaire ici de prendre de front une question souvent soulevée, soit celle du port de signes religieux à l'école. Il va sans dire que pour le corps enseignant et les cadres, la neutralité absolue s'impose à notre avis. Pour les élèves, entre le modèle de laissez-faire québécois et le modèle républicain français, nous privilégions une approche mitoyenne.

Puisque nous croyons que la religion devrait être librement choisie, il nous apparaît impossible que des enfants puissent avoir complété la démarche spirituelle requise menant au port de symboles religieux ostentatoires. C'est pourquoi nous proposons d'en interdire le port à l'école publique jusqu'à l'âge de 16 ans.

La religion relevant de la sphère privée, c'est à la cellule familiale qu'il revient de mener l'éducation religieuse des jeunes esprits. De la même façon qu'on ne conteste pas à l'école le droit d'enseigner des connaissances parfois contraires aux croyances ou valeurs de certaines familles (qu'on pense à l'éducation sexuelle ou encore la théorie de l'évolution), nous croyons que l'école se doit d'être un espace libre de religion afin de faciliter la réflexion de chaque jeune dans le but de lui permettre de faire un choix libre et éclairé.

Pourquoi 16 ans? Parce que cet âge semble faire consensus comme étant l'âge de raison. Ainsi les jeunes peuvent-ils à 16 ans conduire une voiture et librement choisir d'abandonner l'école. Doit-on aussi mentionner que le gouvernement fédéral songe à rehausser l'âge du consentement sexuel à 16 ans? Sans nécessairement cautionner cette initiative, nous y décelons une preuve supplémentaire de ce consensus autour de l'âge des choix personnels. Nous pensons donc qu'à partir de cet âge, les jeunes seront réputés capables de décider par eux-mêmes s'ils veulent s'imposer certaines obligations religieuses et en assumer les conséquences.

Certains font valoir que c'est l'école qui doit être laïque et non les élèves qui la fréquentent. Si la formule est bonne en apparence, nous pensons que son application a pour effet de cautionner l'idée que la religion a sa place dans toutes les sphères de la société.

Un arbitre nécessaire: un Office du vivre-ensemble ADVANCE d 5
Nous proposons que naisse, de cette grande réflexion collective, une institution qui servirait de point de référence pour toutes ces questions de vivre-ensemble, de l'application des droits de l'individu dans le respect des valeurs collectives. La principale responsabilité de cet office (ou commission, régie ou bureau) serait d'offrir des services d'information, de surveillance et au besoin d'arbitrage pour encadrer les pratiques d'accommodement dans le respect de la laïcité des lois et institutions québécoises.

Ses mandats seraient les suivants :
- Veiller à l'application de toute disposition législative relative aux pratiques d'accommodements
- Recevoir et traiter les demandes des gestionnaires d'institutions
- Renseigner la population sur les pratiques d'accommodements
- Recevoir les plaintes des citoyens

Étant à la fois centre de ressources, gardien et arbitre, cet office serait le gardien du consensus social qu'aura identifié votre commission. Il viendrait en aide aux gestionnaires d'institutions privées et publiques se questionnant sur les suites à donner aux demandes d'accommodements leur étant adressées. Il pourrait aussi trancher certains litiges non résolus localement en fonction du cadre (loi? charte? constitution? nous n'avons pas de préférence) qui découlera, nous l'espérons, des travaux de cette commission. Enfin, son existence pourrait offrir un appui moral à ceux qui, dans leur isolement, leur ignorance des lois ou leur crainte de la controverse, se sentent obligés de consentir à tout.

*Yohanna Loucheur, Phonesavanh Thongsouksanoumane, Benoît Lambert, Martin Gravel, Caroline Turgeon, Michel Prévost, Annie Baillargeon, Michel Junger, ainsi que quatre autres signataires discrets

8:06 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Il n'y a pas 5% de la population qui pratique sa confession parce que le système éducationnel laïcisé depuis la Révolution Tranquille a effacé la mémoire du religieux.

Il est très mal vu de croire ou de pratiquer en ce Québec maçonnisé. On édifie plutôt un culte à la Déesse Raison. Ce culte a fait des millions de morts en France sous la Terreur. Les Chouans ont tenté de résister. Ils ont échoué et subit les pires tortures, les crucifixions sur les portes des églises ou des étables, quand ils n'étaient tout simplement pas enfermés dans des édifices incendiés par la suite. Tout cela au nom de la Raison.
Le Québec subit un autogénocide spirituel. Nous ne sommes guère mieux loti que le Kampuchea des Khmers Rouges.

Daniel Laprès a beau écrire que la religion demande à ce qu'on arrête de penser. C'est qu'il est encore resté stupide. C'est la preuve que les initiations franc-maçonnes ne font pas avancer le débutant.

Sache Daniel, que la Foi demande une suspension temporaire de la Pensée, une faculté qui a besoin de se reposer et de se ressourcer, pour permettre le Ressentir (de Dieu) dans notre vie.
C'est un Pain qui nous donne de l'élan dans notre vie. La Contemplation (qui est une forme de méditation) aide à suspendre les threads de la pensée pour que l'on puisse échanger avec l'Univers.

Mais toi, Daniel Laprès, tu préfères reposer ton mental en le noyant dans l'ébriété méthylique.

Pauvre Dan. Tu dois te sentir seul sous ton masque narcissique.

9:09 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Daniel Laprès est un fils de Satan, un démon qui trahit les Québécois et qui veut pervertir la pureté ethnique et religieuse du Québec. Faut pas se surprendre qu'il soit un alcoolique perverti et un narcissique : Satan piège les âmes par le narcissisme, justement. Assez de ce sataniste pervers et place au Seigneur et à sa Gloire.

9:14 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Daniel s'en sort par une dissociation de sa personnalité et il a créé un personnage appelé Vital Durocher pour refouler l'éducation spirituelle mal assimilée qu'il reçut chez les Eudistes.

Il a dû connaître un traumatisme dans son enfance.

9:57 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Daniel n'est pas un sataniste. Il est un perdu. Il cherche la Lumière et coure après des lucioles.

Un franc-maçon sataniste, c'est le maire Stéphane Gendron. Malgré tout, il conserve un très grand respect pour les Frères de l'Instruction Chrétienne qui lui ont inculqué des valeurs tels que la discipline et le dépassement de soi. Quoiqu'il a un problème personnelle avec la discipline (en témoigne ses multiples contraventions reçues en Mustang), il déplore que les écoles d'aujourd'hui (le système public) n'enseigne plus la discipline.

Vous ne me croyez point ?
Gens de peu de foi, allez visiter son blogue.

10:07 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Mais mon cher anonyme, la religion n'a aucune place à l'école! C'est à la maison que les valeurs doivent s'apprendre. Le problème de la société est que les parents ne s'occupent pas de leurs enfants.

L'école existe pour apprendre, les parents doivent éduquer leurs enfants. C'est une grande distinction.

Et mon cher anonyme Révisioniste de l'histoire, la Révolution Tranquille s'est produite principalement parce que l'Église a exagérée, exploitée et même tué plusieurs de ses membres! La laicisation de l'État est le seul moyen pour que toutes les communautés vivent en harmonie. Notez que j'ai dit laicisation de l'État et non pas de la famille.

Je crois que la religion est un mal nécessaire en cette société car ce n'est pas tout le monde qui a la capacité de penser et de vivre sa propre spiritualité.

Les Écoles de Mystères ont toujours été présentes (sauf dans le Christianisme post-Inquisition) dans les religions prêtes à acceuillir les membres qui avaient évolués au-dessus du religieu pour atteindre le spititualisme. Ca n'existe plus aujourd'hui dans le christianisme mais les autres religion l'ont toujours...

Elim

10:07 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Si seulement 5% de la population est chrétienne, alors pourquoi les pointes d'assistance aux offices de Pâques et de Noël, ainsi que lors d'évènements d'exception, tels les tragédies insensées (tuerie de la Polytechnique, meurtres d'innocents, accidents graves, chute de viaduc), qui nous pousse à aller chercher du sens (de la lumière?) lorsque la Raison se fait chiche en sens?

Évidemment, Daniel va nous parler de psychose collective. Je pourrais le suivre s'il définit la religion comme un système tentant de juguler la somme des psychoses individuelles au profit de l'état. Mais la laïcité va nous interdire de vivre nos temps de psychose, pourtant si précieux parce qu'ils nous permettent de naviguer en nos profondeurs et de découvrir ce que la société ne peut nous apporter.
La société laïque préfère regarder la psychose comme un dérèglement biochimique du cerveau et nous droguer de pilules, quitte à amoindrir notre santé physique.

10:21 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Non, non, non et non !!!!!!!!!! Laprès EST un sataniste, réveillez-vous bon sang!!!! J'ai lu son blogue comme vous m'avez dit et s'est assez évident.

10:26 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Le problème de la société, c'est que c'est considéré improductif qu'un parent reste à la maison pour éduquer ses enfants. D'où la soutraitance à maman télé et à papa Internet.

Et si les valeurs spirituelles sont faites au foyer, alors que le savoir social s'acquiert à l'école, on crée une dichotomie entre le spirituel et le sociétal. De plus, les enseignements religieux divergeront au fil des générations, d'où la génération de sectes et de religions nouvelles. Déjà qu'au moyen-âge, la perception religieuse différait selon les classes sociales ou les nationalités, d'où la naissance des schismes.
La société laïque amènera l'éclatement du fait religieux. Les conséquences psychologiques seront énormes et la population ne sera plus qu'une société de robots-consommateurs.

10:32 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Les enfants ayant grandi dans cette société deviendront narcissiques.
Puis ils ressentiront un grand vide.
Que feront-ils? Ils rechercheront la lumière. Alors ils s'abonneront à une loge franc-maçonne comme d'autres s'abonne à un club Nautilus pour perdre du poids ou faire de sa santé une religion dont le temple est le corps individuel.

Demandez à Daniel de confirmer.

10:37 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

J'ai parlé de visiter le blogue de Gendron. Quant à Daniel, il préfère jouer avec les mots. Que ce soit pour leur magie, mais surtout pour faire des liens symboliques. Comme Mozart aimait jouer avec la musique.

Mais Mozart s'est pris dans l'engrenage de la franc-maçonnerie. Il a voulut l'apostasier. Il a rompu un serment. Il sut que la mort l'attendait. Il composa son Requiem inspiré par son angoisse devant le châtiment franc-maçon à venir. La flûte enchantée du Sorcier devint lugubre.

Acharnement franc-maçonnesque, il mourut indigemment et son corps jeté dans une fosse commune pour être oublié alors qu'il aurait dû mériter un monument gigantesque, une pierre à sa grandeur. Mais non. C'est le chemin de Myriam Bédard.

Mais sa musique est restée fameuse. Les franc-maçons, faute de la faire censurer, ont préférer capitaliser dessus et sur le fait que Mozart devint franc-maçon.

Die Zaubersflaut résonne encore doucement dans les oreilles franc-maçonnes. Puissent les leçons de Mozart porter sur Laprès.

10:51 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Elim,
les Mystères sont restés présents dans le Christianisme dans le fond des abbayes. Ils devaient être mis hors de la portée des profanes. D'où la notion de mystérieux qui chassa celle du sacré.
Sacré étant dérivé du latin sacer qui signifiait maudit ou, plus justement, tabou.
C'est ce qui ne donne aucun sens à la raison, mais dont le coeur ou les profondeurs de l'inconscient saisit rapidement. D'où cette frayeur irrationnelle (trauma) ou son contraire, la béatitude.

Priez-vous de manière chrétienne, Elim?

11:01 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Des accommodements raisonnables ou irrationnels, et les codes personnels de conduite ne constituent-ils point la base des privilèges (étymologiquement des lois privées ou taillées selon les individus) ?

11:31 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Lapres n'est pas un suppôt de Satan. Il prend pour une cause et s'en fait le champion. Ce n'est pas tant la cause que le désir d'être le Champion.

Il aime se faire voir et se faire valoir. C'est comme cela que la franc-maçonnerie le manipule. Il ne s'aperçoit pas des actes sataniques derrière les actes maçonniques, alors qu'il s'apercoit des actes maçonniques derrière les actes politiques et les actes sociologiques.

11:38 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Délires, délires, délires : c'est pire qu'avant sur ton site, Antimaçon... Avant, je trouvais intéressant de te lire et de lire les commentaires mais maintenant vous avez tous largement dépassés les bornes du ridicule le plus grotesque.

Adios, je ne perds plus mon temps ici!

4:29 a.m.  
Blogger anti-macon said...

Les FM ont gagné, ils ont réussi à sortir la religion catholique des écoles. Maintenant les salles de classes vont se transformer en
loges maçonniques en herbe avec le nouveau cours OBLIGATOIRE d'éthique et culture religieuse et ce dès le primaire. L'ancien nom du mouvement laique québécois était la coalition pour l'exemption de l'enseignement religieux. Les FM du MLQ n'entendaient pas s'arrêter à la simple exemption bien entendu. Leur véritable but a toujours été L'IMPOSITION de LEUR religion maçonnique SANS exception. Simplement abolir l'ancien cours n'était pas une option car tout gouvernement est toujours associé à une religion et en ce moment, les maçons nous gouvernent...
C'est quoi au juste la religion maçonnique? C'est de traiter et de classer les religions comme des reliques intéressantes certes mais qui ne doivent jamais sortir de leurs bocal de formol. Le vrai dieu de la maçonnerie est l'homme lui-même qui se trouve élevé au rang de dieu qui classe et juge.
L'homme révolté contre dieu à l'instar de lucifer, le vrai dieu de la maçonnerie.

11:13 a.m.  
Anonymous Anonyme said...

Priez-vous de manière chrétienne, Elim?

Ça dépend de ce que vous entendez par manière chrétienne. À lire toutes les descriptions erronées de ce qu'est la chrétienneté sur ce blog, je ne suis pas sur de votre définition.

Est-ce que je me met à genoux? Non
Est-ce que je demande des faveurs à un Être Suprême? No way!
Ma relation avec le Divin n'est pas parasitique mais en partenariat. Si j'ai besoin de quelque chose, je m'arrange pour l'obtenir. Si je vois un accident ou une personne malade, je ne blâme pas un dieu quelconque mais la vie de l'individu en question. Les enseignants qui sont venu nous guider nous ont montré comment évoluer pour devenir divins nous-même et c'est la que ma relation débute et prend fin. Je ne crois pas que Jésus était un être divin. J'ai même des doutes sur son existence réelle tout comme sur celle de Bouddha. Je crois que ces personnages ont été basés sur des individus mais que les gens ignorants qui les suivaient les ont transformés en mythes.

Elim

4:28 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Bien sûr Elim,
tout croyance sur tel ou tel maître se fonde sur des mythes. C'est le marketing nécessaire pour la propagande que les suivants humains font de leur guides. La divinisation de l'autorité pour réprimer les pulsions de discussion.
Les franc-macons ne sont pas mieux que les autres. J'ai visionné sur youtube un document sur les logos des corporations majeurs qui dérivent de la symbolique maçonnique dérivée des symboles magiques de l'ancienne Égypte. La magie des formes qui doit influer sur l'esprit des acheteurs. J'ai perdu la trace de ce vidéo. Influencer mentalement ou manipuler autrui, est-ce que vous faites pour arranger l'obtention de l'objet convoité?

Je m'agenouille dans l'église, non pas pour demander des faveurs personnelles (je me sentirais vraiment putain), mais par respect des Mystères et pour me conformer à un geste immémorial.

Je ne prie pas pour demander tel ou tel chose, mais que pour mes désirs soient conforme au plan divin.

J'ai lu un peu sur le vaudou récemment. Les Lwos sont des entités ayant le rôle équivalant des saints intercesseurs de l'église catholique. Quand je fus athé, j'ai déjà vécu l'expérience d'une apparition comme celle de la Vierge à Medju Gordjié. Sauf que je réalisais que ce n'était pas la Vierge. Je sus que je saurai plus tard. Et j'ai pu lui attribuer une identification que je ne discuterai point. Cette entité aura utilisé ma personne par le biais de possession pour rejoindre autrui. Je ne la blâme pas. Elle m'a sauvé de plusieurs pétrin dont un envoûtement, une traversée du côté de la mort, voire même du suicide. Une sorte d'ange gardien qui m'a donné la résilience contre toute raison.

Tu parle d'évoluer pour devenir divin, mais tu renie la divinité du Christ. Et les Évangiles qui disent que chacun portons le Christ. N'y a-t-il pas une contradiction de discours?

J'ai une autre expérience d'un omen à raconter, mais déjà que ce paragraphe est trop long et je suis sous un coup de fatigue. Je reviendrai demain soir terminer. Bonne nuit.

8:44 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Le problème des Évangiles est qu'ils ne sont pas authentiques ou même contemporains. Ne nous embarquons pas dans le débat Gnostique vs Évangéliste car nous allons perdre la plupart des gens sur le blog.

L'autre problème que j'ai avec la Divinité de Jésus est qu'elle a été proclamée au conseil de Nice et qu'auparavant pour assurer l'aspect politique de l'État Romain, les croyants étaient outragés par ces dires de l'Empereur. De plus, Jésus lui même a mentionné qu'il était Fils d'Hommes (qui était un titre pour les Illumunés des Essenes) et non pas Fils de Dieu.

Et je ne renie pas les origines "anthiques" de la Maconnerie, je suis un des rares qui les encourage!

Elim

12:50 a.m.  
Anonymous Anonyme said...

Qu'entends-tu par "anthiques"?

Cette Divinité de Jésus est comme celle de Marx en Union Soviétique, ou celle de Staline dans la Russie Poutinienne.
L'autorité du temps s'autojustifie avec une référence antérieure.

Constantin, fils d'une prostituée chrétienne, a effectué un coup d'état doublé d'un coup d'église, non parce qu'il était chrétien (il ne l'était pas), mais parce que les chrétiens constituaient sa base (en partie du moins). Constantin fera un refondation religieuse de Rome en tentant de fondre ensemble les différents cultes. D'où l'intégration de Noël (naissance de Mithra, un dieu iranien) dans le christianisme. Mais aussi un ensemble culturel païen sera inclu. Exemple : la hiérarchie catholique dérive des haruspices étrusques, en particulier la crosse papale qui n'est pas du tout le bâton du berger.

Jadis, pour sacraliser leur autorité, le Sénat du Peuple de Rome proclamait par loi, la divinité du corps du sénat, puis le commandeur courant (imperator), qui prit le titre de Caesar.
Il fallait introduire cette propagande à travers les croyances des peuples conquis. Une habitude de conquête romaine est, avant la conquête, s'enquérir des divinités tutélaires des cités convoités et d'introduire leur culte dans le panthéon romain. Ainsi, la cité convoitée se sentait abandonnée de sa protection et cédait. C'était en quelque sortes, les premiers travaux d'anthropologie et de sapes psychologiques. Un problème fut avec YHWH, un dieu jaloux.

Mais les nasaréens étaient répandus partout dans le Levant et en Afrique. Certains groupes culturels se référaient à la fois aux nasaréens et à d'autres traditions, cherchant à gagner la faveur de tous les dieux ou la plupart du moins. C'est comme des gens d'affaires qui veulent mettre les politiciens dans leur poche. En particulier, je note un culte originaire de Syrie qui fut interdit à Rome, antérieur à Jésus, le culte de Dyonisos ou Bacchus. Il pouvait s'associer à la mort d'Osiris en Égypte.
Dyonisos est sacrifié, mangé et son sang, bu. Puis il ressuscitera. On y retrouve à la fois le principe de l'Eucharistie et celui des messes noires impliquant un sacrifice humain.
Mais je ne t'apprend rien.

Bref, Constantin aura tenté d'homogénéiser les cultes et de les fondre ensemble. C'est pourquoi je m'intéresse à des christianismes moins touché par l'empire romain, tels les nestoriens, les assyriens et les arméniens.

7:32 a.m.  
Blogger anti-macon said...

un peu de paranoïa, c'est normal ici:
lettre signée par des membres de la loge liberté?
http://www.siefar.org/Mots-feminins-mots.html
Élaine Audet, Louise Cotnoir, Gloria Escomel, Lise Harou, Hélène Pedneault, Claire Varin, France Théoret; Claudine Bertrand, Louise Blouin, Linda Laporte et France Boucher, de la revue ARCADE (écrivaines québécoises).
Le féminisation des mot à outrance est bel et bien l'oeuvre de nos loges mixtes qui prédominent au Québec. Pensont à profésseuRE si cher à nos syndigaleux

C'est quoi le lien entre des québécoises des française et des suisses outre d'appartenir (possiblement) à l'ordre international mixte du droit humain?

Ségolène Royal va venir au Québec rencontrer plus particulièrement Pauline Castafiore.
Appartiennent elles à la même loge? Droit humain ou grande loge féminine?
http://www.cyberpresse.ca/article/20070914/CPACTUALITES/70914086/1026/CPACTUALITES

11:28 a.m.  
Anonymous Anonyme said...

Notez que dans le message précédent Gloria Escomel est la cheffe de la loge liberté de Montréal.

Maurice Caillet, un ancien franc-maçon qui révèle des détails au sujet de la FM ici
http://www.semeurs.org/Archives/Veillee_17_mar_2006/Maurice_Caillet_Compte-rendu_(17-03-06).pdf

son blog:

http://www.cailletm.com/

4:51 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

anonyme, j'ai perdu la référence mais il y a plusieurs articles en ligne concernant un village entier au Moyen-Orient qui pratique une force de Christianisme basé sur la chute de Lucifer. Ils disent que leur village est l'endroit ou Lucifer serait descendu après sa rejection de ce qu'il jugeait injuste. Leur pratique est très similaire au message du Nouveau Testament et ils rejettent l'idée du Dieu de l'Ancien Testament (qui n'est vraiment pas le même si on prend le temps de les comparer...)

Elim

5:51 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Une forme de Christianisme ou le Yezedhisme ?
Entendent-ils Lucifer ou Satan ?
Lucifer est plutôt un avatar de Prométhée (origines autour de la Mer Noire), alors que Satan est un avatar de Seth (origines autour de la mer Erythréenne).
Le Dieu de l'Ancien Testament change selon les traditions. Est-ce le Dieu d'Abraham, Isaac et de Jacob?
Est-ce celui de Joseph? Ou est-ce celui de Moïse (Jehovah ou le montagnard)?
Est-ce celui de Samuel, David et Salomon?

J'ai l'impression qu'il y a des relents de Catharisme dans ce village. Est-ce une tradition bogomile?

6:36 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Elim,
La refonte actuel du culte civique sous le nom de Laïcité est une tentative de putsch religieux organisée par les réseaux franc-maçons. Grâce au travail d'antimacon, cela m'est apparut clairement.
Ce n'est pas le premier coup d'église. Celui de Constantin est le plus rapporté. On peut parler de celui de Paul de Tarse. Mais le plus gros reste celui de Jésus : "Détruisez ce Temple (dé Jérusalem) et je le reconstruirai en trois jours". Jésus n'était pas un franc-maçon, mais il était un charpentier de formation. Donc il avait une certaine connaissance du Bâtiment, laquelle se reflétait dans certaines paraboles.

Le Temple servait de sanctuaire au Dieu Caché. L'importance du secret de YHWH était/est primordial pour Israël puisqu'il était le Dieu tutélaire, celui qui assurait la victoire sur le champ de bataille. Permettre à d'autres nations de le connaître, c'était leur permettre de s'en emparer. Voir ma note sur les pratiques romaines d'avant la bataille. HYHW était l'équivalent de l'arme nucléaire à manipuler avec soin. D'ailleurs, certains ont suggéré que YHWH était le feu nucléaire fourni par une puissance extraterrestre, et prenaient pour preuve le genre d'habillement des porteurs de l'Arche et les protocoles (rituels) l'entourant.
D'autres dirent que son arche fut un Tombeau Vide qu'il fallait dissimuler pour maintenir le pouvoir des prêtres (et du roi tirant son autorité des prêtres). Le point où j'en viens est sur les objectifs de la Franc-Maçonnerie. Daniel Laprès a déjà posé la question : si doctrine franc-maçon, quel est-elle? Et bien je répondrais que la franc-maconnerie vise à emmurer le Dieu Caché dans un sarcophage, comme pour le réacteur nucléaire de Tchernobyl, pour qu'il soit complètement isolé de la société et rejeté par le culte civique.
Pourtant, il est la racine de notre être. Il peut transparaître à travers les travaux de Carl Jung.

J'avais jadis ces murs bâtis dans ma conscience. Je prétendais voir le monde tel qu'il était. Je me pensais fort. J'étais semblable à Daniel Laprès. Puis, il y eût une série d'évènements que l'on pouvait tenté de rationaliser, mais des liens clairs se sont manifestés sur l'intemporalité événementiels. C'était plus que du déjà vu, au-delà de simples prémonitions. Des choses du subconscient que ma conscience se refusait d'accepter et refouler profondément parce qu'irrationnel. Et bien ces choses des profondeurs du subconscient ont bousculé leur chemin pour faire briser ce mur que j'avais construit depuis ma profession d'athéisme et ce défi lancé à Dieu dans mon adolescence.

Les psychiâtres peuvent bien dire que je suis un psychotique, mais je sais être meilleur juge de ma santé mentale. Refaire le refoulement en me bourrant de pilules qui engraissent leurs poches et celle d'une industrie pharmaceutique, non merci. J'ai appris à connaître mon gardien, et même si un moine du IIIe siècle a dit de celui n'ayant que lui-même comme maître, est l'esclave d'un sot, je crois que le meilleur des maîtres réside dans notre racine intérieur et qu'il est directement branché sur le Maître du Monde (l'homme à l'image de Dieu).
La conscience ne peut l'accéder directement. Il faut taire les processus mentaux (suspendre l'ego) pour y accéder. Cette racine du Je est le Dieu Caché, le Christ en Nous.

Ce n'est pas une croyance inculquée, mais une perception vécue.

9:56 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Et si la société construit un sarcophage qu'elle espère éternelle pour faire économie de ce Dieu Caché, et bien le problème est simplement déplacé. Ce Dieu Caché a bien fait l'affaire pour fonder l'autorité qui organise la société. Maintenant, elle a un nouveau Dieu pour ce rôle. Son nom est Memmon.

Le Dieu Memmon se cache sous les voûtes des banques. Tous recevons un salaire pour nos tâches et redéposons ce salaire dans les banques. La finance est le principe organisateurs des projets d'entreprise ou personnels.

Pas plus que le Trésor Caché des Juifs n'existe, le système bancaire n'a pas les liquidités nécessaires pour couvrir tous les retraits. Les créances étaient des croyances qui fournissaient un pouvoir temporaire, mais qui devait être retourné avec intérêts et frais de service. Le mot finance emprunte sa racine à celle de la foi. Jadis les trésors étaient déposés dans les temples sous la protection des Dieux.

Le système bancaire international est un gigantesque stratagème de Ponzi. C'est le tonneau vide du conte de Louis Even. Pourtant il règle nos vies.
Il est régi par la Federal Reserve.
Si elle décide de monter le loyer de l'argent, alors nos emprunts coûtent plus chers, et les projets les plus instables ou superflus sont avortés. Il en résulte une baisse de l'activité économique qui laisse en plan des ressources économiques, c'est à dire une récession.
Si elle décide de baisser le loyer de l'argent, alors plus de projets sont entrepris. Il y a surchauffe économique si les ressources sont sursollicités et la compétition des besoins génère l'inflation.
La société est un système qui doit s'autoréguler, tel un organisme vivant.
Le processus de régulation de la Fed me rappelle celui d'un réacteur nucléaire :
On doit introduire des barres en cadmium, si je ne m'abuse, pour absorber les neutrons dégagés de la réaction nucléaire pour ralentir cette réaction en chaîne.
Quant le réacteur nucléaire est trop froid, on relève graduellement ces barres jusqu'à ce que le niveau de la réaction nucléaire soit relevé à l'équilibre stable.
S'il est trop chaud, on abaisse plus de barres pour freiner la réaction, faute de quoi, celle-ci s'emballe exponentiellement, d'où l'explosion du réacteur et le désastre comme à Tchernobyl.
Pareil pour le système bancaire. À l'origine, les banques furent plus petites et correspondaient à la fortune individuelles. La volatilité de la confiance pouvait s'emballer et le marchand d'argent faisait faillite. Il démontrait au public qu'il ne pouvait plus faire de transaction en brisant son banc. C'est la banca rotta, la rupture du banc ou la banqueroute.

Et oui, un autre Dieu Caché pour la République Laïque.

10:32 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Ok, moi qui pensait pouvoir avoir une belle discussion, me voila déçu de nouveau car mon interlocuteur divague sur des notions complètement loufoques...

Elim

1:10 a.m.  
Blogger anti-macon said...

Elim j'ai des questions pour toi.
Mais je pense que tu n'auras pas le droit de répondre.

- les politiciens francs-maçons au Québec fréquentent ils la grande loge
ou bien existe il des loges à l'intérieur de chaque parti où ils peuvent discuter de leur problèmes particulier? Ou au contraire il n'existe rien au dela des loges de la grande loge?

10:51 a.m.  
Anonymous Anonyme said...

Lesquelles notions semblent loufoques à un franc-maçon qui s'est passionné sur les religions. Il y a le côté spirituel et il y a le côté sociétal à distinguer.

Si je m'exprime moins clairement, cela peut être à un état de surménage. Mais si vous partager l'opinion de Daniel, et bien je ne peux rien faire de moi-même pour la changer. C'est la vie qui vous reprendra dans un détour...tel un voleur, la nuit.

4:09 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Voilà que Chantal Jolis suit les traces d'Alain Guénon.

http://www.ledevoir.com/2007/09/15/156933.html?fe=2025&fp=234744&fr=41121

4:12 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Antimaçon,
Que trouves-tu de loufoque dans mes propos divagatoires ?

4:14 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Quand on se fait traiter de loufoque par eux, ont approche drôlement de la réalité. La vérité étant l'exact contraire de ce qui sort de la bouche d'un FM. (antimacon).

6:28 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Je dirais plutôt que si l'on tiens une discussion comme une joute oratoire, un plaidoyer ou un discours de vente et que l'on arrive à des points embêtants, on préfère esquiver plutôt que de s'empêtrer ou reconnaître des faiblesses.

C'est pour cela que je te demandais de reconnaître le loufoque de mes propos pour voir ce que je dois améliorer.

En passant, Daniel(?) a préféré lâcher très tôt la discussion en la qualifiant de delirium tremens. Il avait pourtant essayé de la dévier sur Satan pour la "Vital"-iser. C'est ce que j'appelle le stratagème d'inciter la Montagne à se déplacer. Mais j'ai gardé le cap. Un proverbe islamiste dit : "Les chiens aboient, la caravane passe".

8:45 p.m.  
Blogger anti-macon said...

Yvon Deschamps faisant une pyramide maçonnique
http://www.cyberpresse.ca/article/20070917/CPARTS/709170497/-1/CPARTS

ses paroles aussi sont maçonniques:

"il a comparé l'ADQ au retour de l'Union nationale et qu'il nous a exhortés à ne jamais oublier combien on a été exploités par la religion et l'Église."

Notez que cette image n'est pas une photo mais un extrait de la bande vidéo de l'émission de Guy A lepage
fourni par radio-canada à cyberpresse selon leur entente de convergence. L'image est donc 100% voulue puisque que l'on arrête la vidéo juste au bon moment. Ces extraits de l'émission de lepage contiennent souvent des gestes maçonnique. Rappelons que Jeff Fillion avait fait le même geste à la même émission.

9:26 a.m.  
Anonymous Anonyme said...

Deschamps ne m'inquiète pas.
Mais çà, oui!
lire ici

1:36 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

en effet, "nous allons dans cette direction", c-a-d la guerre contre l'Iran. La chose est décidée. (antimacon)

2:53 p.m.  
Anonymous Patrick Bourgeois (via Une Infomane) said...

2007 09 15
La Presse joue les matamores et brime la liberté d’expression du Québécois


La Presse ltée, cette entreprise de propagande qui appartient à l’homme le plus riche du Québec, ce fédéraliste notoire et créateur de premiers ministres canadiens qu’est Paul Desmarais, n’aime pas Le Québécois. C’est l’évidence même. Mais encore plus évident est que Le Québécois n’aime pas lui non plus La Presse ltée. De cette relation de haine est née ce vendredi 14 septembre une mise en demeure. Une mise en demeure expédiée par le service juridique de La Presse ltée à la direction du Québécois et l’enjoignant fermement de ne plus jamais laisser un article produit par La Presse ou Cyberpresse se retrouver sur le site du Québécois ou sur le forum du Québécois.


La Presse ltée affirme que lorsqu’un article se retrouve sur le forum du Québécois, cela constitue une violation des droits de l’auteur de l’article en question. Ce qui n’est pas faux. Mais le problème est que les articles qui sont puisés sur Cyberpresse se retrouvent partout sur Internet, et pas seulement sur le forum du Québécois. Il est possible de trouver des articles de La Presse ltée sur à peu près tous les sites, tous les forums et tous les blogs québécois abordant la chose politique. Les zones grises qui concernent Internet en matière de droits d’auteur ont donné naissance, au fil des ans, à une coutume, une règle non écrite chez les administrateurs de forum qui est tout ce qu’il y a de plus officieux, bien sûr. Cette règle stipule que les articles des grands quotidiens peuvent se retrouver sur les forums et les blogs en autant que la source soit indiquée. Pratique qui a toujours été respectée au pied de la lettre chez nous.


Cette règle officieuse ne semble aujourd’hui plus acceptable aux yeux des avocats de La Presse ltée. L’entreprise de propagande semble vouloir protéger énergiquement les droits d’auteur de ses journalistes en empêchant que des articles puisés sur Cyberpresse ne se retrouvent un peu partout sur la toile. C’est le droit le plus strict de la plus importante entreprise de désinformation du Québec d’agir ainsi. Mais si une telle démarche visait vraiment à mieux protéger les droits d’auteur des professionnels de l’information besognant chez La Presse ltée, il aurait fallu que cette dernière fasse parvenir une mise en demeure de même nature que celle que Le Québécois a reçue à tous les administrateurs de forums politiques au Québec. Comme ce n’est pas le cas, il faut en déduire que La Presse ltée établit des exceptions dans l’évaluation qu’elle fait de cette règle non écrite et qui permet à des visiteurs de forum d’utiliser ses articles afin de construire leurs propres arguments.


S’il n’y a que Le Québécois de visé dans cette opération gescaïenne, l’on a d’autre choix que d’en conclure que cette mise en demeure complètement débile est également bassement politique. La Presse ltée, cette entreprise qui agit comme principale courroie de transmission des idées fédéralistes au Québec, considère que l’on doit établir des distinctions dans le droit à la liberté d’expression qui est accordé aux internautes au Québec. Tout d’abord, les Québécois en général et inoffensifs eu égard à l’ordre établi peuvent utiliser sur Internet comme bon leur semble – ou peu s’en faut – les articles produits par La Presse ltée; les souverainistes qui se satisfont de l’idée que le prochain référendum puisse être tenu aussi tard qu’en 2044 – si référendum il y a- peuvent eux aussi utiliser le matériel de La Presse ltée dans leurs pérégrinations virtuelles, en respectant bien sûr quelques règles bien simples. Par contre, tout indépendantiste appréciant le radicalisme politique de la famille du Québécois se voit interdire à tout jamais le droit d’user de la fonction « copier-coller » lorsqu’il consulte les articles de La Presse ltée s’il a l’intention de les poster dans la maison virtuelle du Québécois. L’évidence est donc que La Presse ltée considère que plus tu es indépendantiste, et moins tu as le droit de t’exprimer librement sur Internet, et dans la société aussi, par ricochet. Voilà comment l’on utilise les droits d’auteurs dans l’entreprise de propagande de Paul Desmarais pour violer le droit à la liberté d’expression de certains citoyens québécois qui forment une cohorte très nombreuse, quoi qu’on en dise, cette cohorte indépendantiste qui a formidablement fait progresser le Québec ces dernières décennies. C’est révoltant et scandaleux!


Mais ce qui est le plus choquant, c’est quand on pense que ce sont ces mêmes indépendantistes qui font vivre l’entreprise de propagande de Paul Desmarais, lui qui a construit les premiers ministres Trudeau, Mulroney, Chrétien et Martin et qui se comporte comme un seigneur digne d’une autre époque sur son domaine Sagard de Charlevoix. En tant que plus « grand quotidien francophone d’Amérique », La Presse attire, bien évidemment, un nombre important de lecteurs francophones québécois. Or, ceux-ci sont au moins à 60% indépendantistes. L’on peut donc en déduire qu’au moins 60% (c’est probablement plus considérant le degré de scolarité des lecteurs de ce journal) des clients de La Presse ltée ne partagent pas du tout la ligne éditoriale de cette même entreprise. Alors pourquoi nous entêtons-nous à faire vivre une entreprise de propagande dont la raison d’être est d’empêcher que le Québec ne devienne un jour indépendant? À quand une campagne nationale de boycott dirigée contre ce journal qu’Olivar Asselin avait rebaptisé « la putain de la rue Saint-Jacques »? Un jour ou l’autre, La Presse devra payer pour ses turpitudes. Il est à souhaiter que ce jour arrive plus tôt que tard.


Maintenant, est-ce que Le Québécois devrait combattre avec fougue La Presse ltée dans ce dossier, et ce, afin de défendre le droit des milliers d’internautes indépendantistes qui fréquentent son forum chaque semaine d’y poster des articles publiés originalement dans La Presse ou sur Cyberpresse, comme cela se fait partout ailleurs sur Internet? Nous avons démontré par le passé qu’un premier ministre, même appuyé par un important cabinet d’avocats fédéralistes (McCarthy Tétreault pour ne pas le nommer), ne parviendrait jamais à nous intimider. JAMAIS. Malgré les menaces de poursuite de Jean Charest, nous n’avons jamais cessé de prétendre qu’il cachait la vérité dans le dossier de ses résidences de luxe (nous persistons et signons) et nous avons poursuivi notre enquête, de façon à nous rapprocher toujours un peu plus de la vérité. Mais dans le cas de la mise en demeure liberticide de La Presse ltée, qu’aurait à gagner Le Québécois à sortir les griffes? À l’issue de lourdes procédures juridiques, nous pourrions peut-être regagner le simple droit de laisser les internautes publier sur notre forum, comme cela se fait sur tous les autres forums du Québec, nous le répétons, les textes insipides et propagandistes d’André Pratte, Alain Dubuc et Vincent Marissal. Le jeu n’en vaut décidément pas la chandelle. Les articles de La Presse ltée n’ont dès lors plus droit de cité sur le site et le forum du Québécois. C’est vraiment mieux ainsi!


Patrick Bourgeois

3:18 p.m.  
Anonymous Serge Savoie (via Une Infomane) said...

mercredi à l’Université de Montréal
Ségolène Royal et l’anglicisation galopante de la société française
Tribune libre de Vigile
lundi 17 septembre 2007 3 visites



--------------------------------------------------------------------------------

Mme Ségolène Royal sera en visite au Québec pour y prononcer, entre autres, un discours sur le thème de la francophonie, mercredi à l’Université de Montréal. Il serait utile qu’à cette occasion elle face connaître aux québécois la position du parti socialiste français sur le Protocole de Londres. Ce Protocole sera déposé à l’Assemblé Nationale française pour ratification le 24 septembre 2007.

À notre insu, une réalité stupéfiante et inquiétante se profile au pays de Molière : l’anglicisation galopante de la société française. On le voit à plusieurs signes : utilisation abusive de termes anglais en publicité et dans les médias, l’abandon de la traduction française dans les notices des produits importés, ségrégation à l’emploi en faveur des candidats bilingues, communication interne unilingue anglaise dans les entreprises multinationales, etc. Un grand nombre de personnalités locales commencent à s’émouvoir des nombreux reculs subits par leur langue à l’échelle européenne et internationale. Le Québec n’a encore aucune idée du drame qui se joue chez nos cousins français et encore moins des conséquences que ce phénomène peut avoir sur notre propre combat culturel.

Un Comité français de soutien contre le Protocole de Londres a dernièrement dénoncé les risques d’une éventuelle ratification de ce protocole. En effet, les grandes entreprises étrangères en bénéficieraient au détriment des PME françaises, et surtout il y aurait des conséquences dramatiques pour la langue française.

Lien vers le site du comité de soutien :

La ratification de ce protocole, signé en juin 2001, fortement soutenue par une partie des grandes entreprises françaises et internationales, aboutirait en effet, en Europe, à la suppression de l’obligation actuelle de traduire en français tous les brevets rédigés en langue anglaise ou allemande sous prétexte de diminuer le coût des brevets d’invention. Or, selon une étude réalisée par l’OEB (Office européen des brevets) le coût de la traduction représente seulement, en moyenne, 15% de celui du dépôt et non 40% comme l’avancent les plus fervents défenseurs du protocole de Londres.

Une atteinte intolérable au respect de la langue française et à la diversité culturelle :

La ratification du protocole de Londres par le Parlement français reviendrait à admettre, en réalité, l’usage de l’anglais en droit français et serait très dangereuse pour la pérennité de la langue française comme langue scientifique, technique et commerciale.

Une conséquence concrète de la ratification de ce protocole serait de supprimer brutalement l’emploi de 1200 traducteurs français hyper-spécialisés en brevets. Ceux-ci contribuent actuellement par leur activité à enrichir les lexiques dans de nombreux domaines de compétence scientifique et technologique en France mais aussi au Québec. Cette perte constituerait donc une grave atteinte à la compétitivité internationale de nos propres entreprises du Québec.

C’est également le plurilinguisme, reflet de l’identité et de la culture de l’Europe, qui est directement menacé par le protocole de Londres. L’accord de la France étant indispensable pour que ce traité entre en vigueur, c’est elle qui détient le sort de ce protocole.

Au moment où Mme Ségolène Royal réaffirmera, mercredi, l’importance de la francophonie, le fait que les députés de son parti acceptent de ratifier le protocole de Londres serait incohérent avec la politique clairement affichée par la France de défendre la langue française dans le monde.

À la XXIIIe session ordinaire de l’Assemblé Parlementaire de la Francophonie ayant eu lieu à Rabat au Maroc du 29 juin au 23 juillet 2006, une résolution a été émise, demandant aux Parlements membres de l’APF de sensibiliser leur gouvernement sur les dangers de ce protocole qui accentue le recul de la diversité linguistique en Europe. Malgré cela, le gouvernement du Québec, qui est membre à part entière de cette institution, n’a pas été très proactif à ce jour pour influencer les députés français dans le sens du rejet de ce projet de loi.

Lien vers la résolution :

La France s’anglicise ! Si nous n’y portons pas une attention immédiate, cette dérive est appelée à faire peser sur le Québec un risque considérable sur la compétitivité de nos propres entreprises. La culture est un outil important qui aide nos sociétés à conquérir de nouveaux marchés. Il serait donc intéressant de connaître l’opinion de Mme Ségolène Royal sur le sujet.

Pour plus d’information sur l’Office Européen des Brevets et le Protocole de Londres, veuillez suivre ce lien :

Serge Savoie
Porte-parole au Québec de l’ADIF (Association pour le Droit à l’Information en Français )
TÉL. : 450-674-6981
CELL. : 514-796-6981
serge_savoie@sympatico.ca

— Envoi via le site Vigile.net (http://www.vigile.net/) —

3:22 p.m.  
Anonymous Une Infomane said...

De la viande pour l'esprit.
Des articles sur le débat de la laïcité résonnable.
http://www.vigile.net/-Accommodements-raisonnables-et-

À noter le buste de la déessa Laïa.

3:27 p.m.  
Anonymous Patrick Andris (via Une Infomane) said...

Nietzsche avait raison : « l’État est un monstre froid »
Les enfants devront fréquenter une école "approuvée" par le Ministère ou les enfants devront être éduqués à la maison probablement sous la surveillance tatillonne de l’État.
Patrick Andries
La Voix de l’est
lundi 6 août 2007



--------------------------------------------------------------------------------

Des mennonites conservateurs, ces pacifistes d’origine allemande arrivés au Canada il y a plusieurs siècles, se sont installés aux confins de l’Estrie. Oh ! on ne les remarque guère. Ils ont appris le français (certes ils le parlent encore avec un accent), ils ont des voitures, l’électricité comme tout le monde.

Ils travaillent. Leurs nombreux enfants sont disciplinés et inconnus des services de police. Je précise qu’il ne s’agit pas d’une "secte" moderne : nul gourou, point de manifestation exubérante chez ces quiétistes. Non, ils se distinguent à peine par une barbe chez les hommes, des robes fleuries et une sobre coiffe chez les femmes.

Après avoir acheté des fermes et fondé des petites entreprises, voilà qu’ils considèrent quitter le Québec dont les frontières sont toujours annoncées par un grand "Bienvenue !". Qu’est-ce qui les force à envisager cette décision déchirante, ce déménagement onéreux et douloureux ? Les lois sur l’Instruction publique du Québec.

Ces mennonites ont partout ailleurs au Canada et en Amérique du Nord leurs écoles avec leurs propres enseignants. Cela ne pose pas de problème. Ils se sont donc établis au Québec et, en toute bonne foi, leurs enfants sont allés à l’école mennonite. Sans demander l’autorisation pour ce qu’ils considèrent comme un droit fondamental des parents : celui d’instruire leurs enfants comme ils l’entendent. Tout allait bien, jusqu’au jour où, à la suite de multiples reportages l’automne dernier sur les écoles illégales et un appel du Ministère qui invitait la population à signaler les écoles suspectes, ledit Ministère reçut un signalement.

Depuis lors, on assiste à une discussion à sens unique entre les fonctionnaires de Québec et les membres de cette communauté. Le Ministère veut que son programme soit enseigné dans son intégralité et que seuls des professeurs certifiés par ses soins le dispensent. Quand les parents mennonites s’y opposent pour des motifs religieux et moraux et rappellent que selon eux (et la Bible) la primauté de choix d’enseignement revient aux parents, les fonctionnaires leur répondent que la société a "évolué" et que les enfants ont également des droits.

Les enfants devront fréquenter une école "approuvée" par le Ministère ou les enfants devront être éduqués à la maison probablement sous la surveillance tatillonne de l’État.

S’il est certain que les enfants ont le droit à ne pas être maltraités par leurs parents, est-ce qu’on peut dire que les enfants mennonites sont martyrisés dans leur petite école ? Et si c’était le cas, en quoi interdire leur instruction à la mode mennonite en groupe, à l’école, mais la permettre à la maison, ce qui est légal, changerait-il quoi que ce soit ? S’agit-il juste de mesures vexatoires qui cherchent à rendre coûteuse l’instruction que les parents mennonites voudraient prodiguer selon leurs convictions ?

Autre droit des enfants que prétend protéger l’État : celui à une éducation de qualité. Mais les enfants mennonites sont-ils plus ignares que ceux qui fréquentent l’école publique ? Au vu des résultats des enfants mennonites aux tests normalisés dans les autres provinces où ils se situent souvent au-dessus de la moyenne provinciale, c’est clairement faux. Et puis, les résultats sont là : les enfants mennonites ne sont pas une charge pour la société, ils ne connaissent pas le chômage, ils sont fermiers, ouvriers qualifiés recherchés ou infirmières diplômées.

Mais est-il même sain que le Ministère ait un monopole des programmes scolaires, y compris celui des écoles privées ? Pourquoi ce qui est bon ailleurs dans notre société : le choix, la concurrence ne devrait-il pas avoir cours dès qu’il s’agit de l’école ? Combien de parents et d’élèves n’auraient pas bénéficié d’une véritable concurrence dans le domaine scolaire pour échapper aux ratés du "renouveau" pédagogique imposé par Québec ? (...)

Le bien public impose-t-il cette violence faite aux parents qui ont la charge morale et financière de leurs enfants ? Est-ce que les Amish de Pennsylvanie empêchent les États-Unis d’être une puissance économique et scientifique ? Est-ce que le rigorisme moral des mennonites pose réellement problème dans la vie de tous les jours au Québec ? Eux qui ne pratiquent pas de prosélytisme militant, eux qui sont pacifistes et dont la foi exigeante n’attire pas de nombreux convertis ? En tant qu’habitant de Roxton Falls, je ne le crois pas du tout. À Québec, dans un bureau, on pense différemment. (...)

Patrick Andries, Roxton Falls

P.-S. : Je ne suis pas mennonite.


--------------------------------------------------------------------------------

En complément

De façon générale, que ce soit en Europe, aux États-Unis ou au Canada, leur vêtements austères noirs (datant du XIXe siècle) et leurs coutumes, particulièrement celles de ne pas payer certains impôts, de refuser le service militaire et l’imposition d’une autre langue, etc., les placèrent en marge des sociétés où ils vécurent. D’autres vagues d’émigrants mennonites originaires d’Europe arrivèrent au Canada, puis à partir de 1925 vers le Mexique, le Belize, le Paraguay, la Bolivie, le Brésil et l’Argentine.

3:32 p.m.  
Anonymous Une Infomane said...

Le mouton Charest est l'Agneau du Seigneur.
Voir photo
http://www.vigile.net/Dumont-stigmatise-les-Quebecois

4:01 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

une petite pratique de loi martiale n'est jamais mauvais

Exercice militaire à Saint-Michel-des-Saints

MONTREAL, le 17 sept. /CNW Telbec/ - La Force opérationnelle interarmées
(Est) et sa composante opérationnelle domestique s'exerceront à
Saint-Michel-des-Saints, Québec, le 25 et 26 septembre 2007 dans le cadre de
l'exercice REPONSE ROYALE 2007, afin de confirmer l'état de préparation des
forces canadiennes à intervenir et prêter assistance au besoin lors d'une
situation d'urgence au Québec.
L'exercice REPONSE ROYALE 2007 consistera au déploiement et à l'emploi de
troupes militaires dans un contexte d'assistance humanitaire aux autorités
civiles en temps de crise. Cet exercice de simulation impliquera un
entraînement en campagne mais aussi un exercice de coordination entre
plusieurs agences dont la Direction générale de la sécurité civile et de la
sécurité incendie du Ministère de la Sécurité publique du Québec, la Sûreté du
Québec, la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) et bien
sûr, les autorités civiles de la Municipalité de Saint-Michel-des-Saints.

La Force opérationnelle interarmées (Est) est l'organisation des Forces
canadiennes responsable de la conduite des opérations domestiques de routine
et de contingence au Québec. Elle est sous l'autorité de son Commandant et du
Commandant de Commandement Canada. Commandement Canada est l'organisation des
Forces canadiennes responsable depuis le 1er février 2006 de la conduite de
toutes les opérations nationales domestiques, de routine, de contingence ou de
crise nécessitant l'assistance des ressources militaires du Canada; maritimes,
terrestres ou aériennes.



Renseignements: Commandement Canada, veuillez consulter le lien suivant:
http://www.canadacom.forces.gc.ca/fr/index_f.asp. Pour plus de renseignements
sur l'Exercice REPONSE ROYALE, veuillez communiquer avec le bureau des
Affaires publiques du Quartier Général du Secteur du Québec de la Force
terrestre et de la Force opérationnelle interarmées (Est), (514) 252-2777
poste 4467

5:33 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Préparent-ils l'évacuation du Wet Island en cas de crise sécessionniste?
Ou vont-ils le transformer en Berlin-Ouest avec l'aérodrome de Dorval comme cordon ombilical?

5:59 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Anonyme, tu m'as complètement perdu avec ton post qui commence par: "Et si la société construit un sarcophage qu'elle espère éternelle pour faire économie de ce Dieu Caché, et bien le problème est simplement déplacé. Ce Dieu Caché a bien fait l'affaire pour fonder l'autorité qui organise la société. Maintenant, elle a un nouveau Dieu pour ce rôle. Son nom est Memmon."

C'est celui-là que je trouve louphoque.

Elim

7:53 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Anti-macon, je dois répondre à ta question en 2 volets de réponse.

1- Tu assumes que tous les politiens ou une partie de ces derniers sont maçons...

2- Toute les loges Francs-Maconniques qui se rencontrent au Québec sont inscrites sur le site de la Grande Lodge du Québec avec leur date de rencontre ainsi que le lieu de rencontre. Il peut y avoir des meetings supplémentaires pour chaque loge selon les besoins qui sont préalablement approuvés (et cédulés) et ceux-ci servent pour initier des membres ou les éduquer. Par exemple, ma loge aura énormément de meetings de ce genre cette année car nous avons beaucoup de monde qui désirent se joindre à nous.

Elim

7:58 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Ce n'est pas la première fois qu'ils font cet exercice. C'était l'une des recommandations suite aux événements du déluge du Saguenay.

Anti-Macon, penses-tu aussi que la Franc-Maconnerie a organisé ce déluge afin de voler le coffre d'or et de monnaie de la caisse populaire qui n'a jamais été retrouvé et ainsi obtenir la permission de faire des exercices militaires en public?

Elim

8:04 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

en fait ma question serait plutôt si tu as déja entendu parler de loges avec des membres influents mais qui seraient clandestines un peu comme la loge p2 en italie ou bien si au contraire toutes les loges sont connues et sont sur le site de la grande loge?

Quand aux manoeuvres de l'armée, je me demande si cela aurait un rapport avec une future guerre contre l'iran question de rétablir l'ordre chez les nombreux chiites de Montréal qui pourraient faire du grabuge? (antimacon)

8:12 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Um... Bonne question... Je n'ai pas vu d'équivalent à la loge P2 au Québec (ou nulle part ailleurs...) mais je sais qu'il y a beaucoup de "Grandes Loges" qui "opèrent" au Québec. Toutes ces "Grandes Loges" ne sont pas reconnues et toutes sont clandestines.

Certaines sont carrément de la fraude et exploitent tous leurs membres financièrement tandisque d'autres ont de bons membres et sont bien intentionnées mais elles ne sont pas reconnues pour diverses raisons.

Quant à leurs membres (affluants ou pas), je ne pourrais pas t'en parler puisque je ne suis pas en communication avec ces dernières. Mais je ne pourrais pas non plus te parler des membres de ma Grande Loge par souci de discrétion. Libre à chaque membre de s'identifier ou pas...

Elim

11:38 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Elim,
que sais-tu de ces "Grandes Loges" clandestines et frauduleuses?

Si on est intéressé par la Franc-maçonnerie, on ne voudrait certainement pas entrer dans un club de bizutage, se faire molester, violer, voire contrainte à des actes impudiques sous le prétexte d'une voie initiatique, mais qui produit un conditionnement similaire au lavage de cerveau.

Ils sont à dénoncer tout comme les clubs de pyramides d'argent, les HerbaLifes et AmWay de ce monde.

Alors, dans l'intérêt des vraie franc-maçonneries (celles que vous reconnaissez), qu'elles sont les Grandes Loges qui déshonorent l'Honorable Société?

12:45 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

http://www.youtube.com/watch?v=6bVa6jn4rpE

la fausse démocratie

12:51 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

"pas vu d'équivalent à la loge P2 au Québec (ou nulle part ailleurs...) "

La Patente, Les Fils d'Italie en sont deux qui ont trempé avec la Mafia.
P2 a ses "spooks" (antennes) au Canada.

12:55 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Sédévacantisme
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : Navigation, Rechercher
Dans les lisières de l'Église Catholique Romaine, le sédévacantisme (de l'expression latine sede vacante, « le trône de St. Pierre étant vacant », utilisée entre la mort d'un pape et l'élection d'un nouveau) est une position religieuse qui soutient que depuis la mort de Pie XII, le siège de Pierre est vacant et que, par voie de conséquence, Jean XXIII, Paul VI et ses successeurs n'étaient pas vraiment Papes.




Sommaire [masquer]
1 Diversité
2 Origine
3 Doctrine sédévacantiste
4 Différences avec la Fraternité Saint-Pie X
5 Les évêques tenus pour sédévacantistes
6 Le conclavisme
7 Voir aussi
7.1 Bibliographie
7.2 Liens internes
7.3 Liens externes



Diversité [modifier]
Le sédévancantisme actuel est un terme générique qui regroupe plusieurs tendances :

Tous ces mouvements sédévacantistes sont des catholiques romains qui ne reconnaissent pas la légitimité et donc l'autorité des pontifes régnant à Rome. Pour eux, ces papes, en ratifiant et acceptant les décrets du IIe concile du Vatican et en particulier le décret sur la liberté religieuse Dignitatis humanæ, ont perdu toute légitimité. Nostra Ætate, le nouveau Code de Droit canon inversant les fins du mariages (la première fin du mariage ayant toujours été la procréation et non le remède à la concupiscence), les multiples actes considérés par les sédévacantistes de scandaleux et relevant de l'apostasie pour Paul VI mais plus encore concernant Jean-Paul II et Benoît XVI, sont autant d'éléments qui viennent corroborer la thèse de la vacance du Siège Apostolique.

Les sédévacantistes reconnaissent en Pie XII le dernier Pontife de la Sainte Église. La plupart émettent des doutes sur la légitimité de Jean XXIII en raison, notamment, de l'ambiguïté de Pacem in Terris. Quelques-uns le rejettent tout à fait.

Quoique tous les sédévacantistes ne reconnaissent pas Paul VI, certains se disputent pour savoir à quel moment ce dernier a perdu son autorité : son élection a-t-elle été valide ? A-t-il perdu son autorité à la clôture du Concile Vatican II ?

On distingue habituellement les sédévacantistes complets pour qui celui qui semble être sur le trône de Pierre est un imposteur, et les sédéprivatistes qui pensent que les successeurs de Pie XII sont papes matériellement, mais non formellement. Ces derniers adhèrent à la Thèse de Cassiciacum, élaborée par le savant dominicain Guérard des Lauriers.

Une tendance minoritaire, les conclavistes, sont pour l'élection d'un nouveau Pape, mais ils n'ont que peu d'audience.


Origine [modifier]
Le raisonnement sédévacantiste procède du syllogisme suivant :

L'Église catholique ne peut se tromper dans l'enseignement de la foi et des mœurs, dans la promulgation des rites liturgiques, de la discipline, du code de droit canonique, dans son magistère ordinaire, on ne peut le nier (majeure).
Or celui qui est assis sur le Siège de Pierre, qui semble être pontife de l'Église catholique, enseigne des choses condamnées antérieurement par l'Église (mineure).
donc ce dernier n'est pas un pape légitime.
Certains s'appuient sur la bulle Cum ex Apostolatus de Paul IV, qui énonce en 1559 :« S'il apparaissait (...) qu'un Souverain Pontife lui-même, avant sa promotion et élévation au cardinalat ou au souverain pontificat, déviant de la foi Catholique est tombé en quelque hérésie, sa promotion ou élévation, même si elle a eu lieu dans la concorde et avec l'assentiment unanime de tous les Cardinaux, est nulle, sans valeur, non avenue. » En effet, comment celui qui n'est pas membre de l'Église catholique pourrait en même temps en être la tête ?


Doctrine sédévacantiste [modifier]
Les sédévacantistes considèrent le concile Vatican II comme une rupture avec la tradition de l'Église : en effet, jamais un concile de l'Église catholique ne pourrait promouvoir des doctrines pernicieuses pour la foi, et antérieurement condamnées. Jean-Paul II et aujourd'hui Benoît XVI sont unanimement rejetés par les sédévacantistes, qui les regardent comme des imposteurs, des usurpateurs et des hérétiques.

La liberté religieuse, le syncrétisme religieux (appelé aussi œcuménisme), le culte de l'homme, la négation de l'anéantissement de l'Ancienne Alliance, l'enseignement de doctrines précédemment condamnées, la croyance dans le salut universel, la négation plus ou moins explicite de l'Enfer et de ses peines, du Purgatoire, du Paradis, notamment en cela qu'ils sont des lieux, et non pas seulement des états.

Des sédévacantistes étayent leur position par l'existence d'un plan, ou complot, ourdi par la Franc-maçonnerie et différentes sociétés secrètes, ayant pour but la destruction du pouvoir temporel et spirituel de la papauté. Ce complot fut très tôt dénoncé : Clément XII condamna la Franc-maçonnerie par la bulle In eminenti de 1738. D'autre part, des travaux comme ceux de l'abbé Augustin Barruel, Mémoires pour servir à l'histoire du Jacobinisme, mirent au jour un grand nombre de documents inconnus jusqu'alors, tels des correspondances privées entre différents membres de la secte des Illuminés de Bavière. La plupart des sédévacantistes se basent sur ces études pour renforcer leur thèse.

En août 1971, le jésuite mexicain Joaquin Saenz Arriaga publie un livre La Nouvelle Église Montinienne dont la conclusion est que le Pape Paul VI avait fondé une nouvelle religion, distincte du catholicisme romain traditionnel. En 1973, il publie un autre travail, Sede Vacante où il affirme nettement que Paul VI, ayant versé dans l'hérésie, avait perdu son autorité papale. Certains auteurs sédévacantistes s'appuient sur des apparitions mariales non généralement reconnues pour justifier leurs positions[1].

Les écrits de Saenz donnèrent naissance au mouvement sédévacantiste, mené au Mexique par les pères Saenz, Carmona et Zamora, aux États-Unis par les Pères François E. Fenton et Burton Fraser, et en France par le Père Guérard des Lauriers (dominicain, qui a développé la thèse dite de Cassiciacum), le père Barbara.

Ils rejettent les réformes le concile vatican II. En conséquence, ils refusent aussi les nouvelles règles disciplinaires du Code de droit canonique de 1983, les nouveaux rituels des sacrements promulgués par Paul VI, et tous les enseignements postérieurs au concile Vatican II.

Les sédévacantistes considèrent le rituel des sacres épiscopaux institué par Paul VI en 1968, comme certainement invalide, tout comme le nouveau rituel des ordinations sacerdotales ou de la « nouvelle messe » : ce qui fait de « l'église conciliaire » une église de laïcs, en rupture avec la Sainte Église Apostolique.

Certains y ajoutent le rejet de certains enseignements antérieurs à la mort de Pie XII, comme les modifications apportées au rite de la Semaine Sainte entre 1955 et 1960, ou les réformes du Bréviaire, les considérant comme les prémisses du bouleversement des années 70 et la marque des influences néfastes dans l'Église.


Différences avec la Fraternité Saint-Pie X [modifier]
Quoique réfractaires au conciliabule Vatican II, comme ils le nomment, les sédévacantistes ne sont pas pour autant favorables à la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X. En effet, si les origines des ces mouvements sont communes, la FSSPX refuse d'admettre la vacance du Saint-Siège, et fait de l'adhésion formelle aux thèses sédévacantistes un motif d'exclusion. Pour elle, il faut reconnaître l’autorité du pape rêgnant, sans pour autant le suivre dans ses erreurs.

Pour les sédévacantistes, cette "politique" porte en elle une contradiction interne : pour Mgr Dolan,[2] « la FSSPX s'est opposée à l’apostasie conciliaire non pas avec une réponse vraiment catholique mais plutôt avec la réponse du jugement privé par lequel les doctrines, les décrets et les disciplines universelles de ce qu’ils pensent être l’Eglise sont sujets à leurs scrutins privés. »


Les évêques tenus pour sédévacantistes [modifier]
L'archevêque de Hué, feu Pierre-Martin Ngô Dinh Thuc, fut le seul évêque de l'Église catholique auquel on attribua avec persistance des sentiments sédévacantistes. En effet, les nombreuses consécrations épiscopales, illicites, qu'il conféra à différents candidats sédévacantistes, pourraient le laisser penser. Cependant, différents éléments mettent en relief que Mgr Thuc n'embrassa probablement pas les positions dont on voudrait le faire l'ardent défenseur aujourd'hui :

En 1976, il est excommunié pour consécrations et ordinations illicites à Palmar de Troya près de Séville,
En 1978, il fait amende honorable,
En 1981, est derechef excommunié pour la consécration de Mgr Jean Laborie (de l'église latine de Toulouse),
En 1981 il consacre les prêtres Guérard des Lauriers O.P., Moises Carmona Rivera et Alfredo Zamora, à l'épiscopat, puis en 1982 il consacra les prêtres Louis-Irénée Boni f.c. et Jean-Gérard Roux f.c. Pour ces consécrations épiscopales, Mgr Thuc est publiquement excommunié par le Cardinal Joseph Ratzinger par un mandat de Jean-Paul II en 1983. Mais contrairement à Mgr Lefebvre, son nom n'a jamais été supprimé de l'annuaire pontifical qui recense les évêques catholiques. Il est à noter que malgré la déclaration dans laquelle il proclamait son sédévacantisme, Mgr Ngô Dinh Thuc continua à concélébrer occasionnellement avec l'évêque de Toulon dans le nouveau rite de la messe.
En 1984, quatre mois avant sa mort, il fait amende honorable, exhortant Mgr Laborie à se rallier à Rome, ainsi que la communauté de Palmar de Troya (Espagne), où en 1976 lui-même consacra Mgr Dominguez; ce dernier se proclama « pape » (Grégoire XVII) en 1978.
Mgr Ngô Dinh Thuc consacra, en 1981, le Père Guérard des Lauriers (dominicain français), qui fut à l'origine de la thèse dite de Cassiciacum, qui tente d'expliquer par un raisonnement philosophique (materialiter - formaliter) la vacance du Siège apostolique (« sédéprivatisme »). Le Père Guérard des Lauriers était prêtre-confesseur de Pie XII, adviseur sur le dogme de l'Assomption de la Bienheureuse Vierge Marie, et ancien professeur renommé de l'Université Pontificale de Latran à Rome. Le Père Guérard des Lauriers consacra lui-même différents candidats (notamment des vieux prêtres sédévacantistes ou sédéprivationistes).

Les États-Unis demeurent une terre d'élection pour les candidats à l'épiscopat illicite. Deux évêques particulièrement connus sillonnent l'Amérique et l'Europe en essaimant -illicitement- les ordres sacrés : Mgr Daniel Lytle Dolan et Mgr Donald Sanborn de l'association sacerdotale Instauratio Catholica. Leurs lignées respectives remontent aussi à Mgr Thuc.

En les mêmes États-Unis en 1993 l'évêque-émérite catholique de Arecibo (Porto Rico), Mgr Alfredo José Isaac Cecilio Francesco Méndez-Gonzalez C.S.C. consacra le père Clarence Kelly à l'épiscopat pour la Fraternité Sacerdotale Saint Pie V (SSPV). La FSSPV est une fraternité de quelques prêtres sédévacantistes, originellement issus de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X créée par Mgr Marcel Lefebvre (anti-sédévacantiste). Cette FSSPV maintient un séminaire près de New York.


Le conclavisme [modifier]
Représente la branche très minoritaire des partisans du sédévacantisme. Ils considèrent que l'Église ne peut rester sans Pape, et prennent l'initiative d'organiser des « conclaves ». On recense communément une trentaine d'antipapes. Les plus connus sont :

Grégoire XVII (mort en 2005) de l'Église Palmarienne (Espagne)
son successeur Pierre II (Manuel Corral) de la même église (Espagne)
Léon XIV de l'Église « Iglesia Católica Apostólica Remanente » (Argentina)
Lin II élu à Assise par un petit groupe des sédévacantistes (Angleterre)
Pie XIII élu par trois fidèles (États-Unis)
Pierre II (Aime baudet) qui s'est proclamé «pape» lui-même (Belgique), il n'est pas prêtre.
Pierre II (Maurice Archierri) qui s'est proclamé « Vicaire de Jésus-Christ, non pape » lui-même en 1995 (France), il n'est pas prêtre.
D'ailleurs, plusieurs de ces antipapes n'étaient pas des sédévacantistes avant leurs «élections». La plupart des sédévacantistes condamnent les élections conclavistes comme on peut en juger par des condamnations publiques des conclavistes. Les sédévacantistes veulent la « restauration » de la « papauté catholique » à Rome.

D'autres, tel que l'abbé Vincent Zins, diacre renvoyé du séminaire de la FSSPX pour son comportement, pensent que nous sommes à l'aube de la venue de l'antéchrist, qui arriverait, selon les commentaires des Pères de l'Église, dans une période où l'Église serait sans chef, et où le Saint Sacrifice de la Messe aurait cessé. La restauration aurait lieu après la chute de l'antéchrist, et Dieu accorderait, une période plus ou moins longue de paix et de propérité pour l'Église, où les hommes auraient le temps de faire une ultime pénitence avant le Jugement général de l'humanité, et la fin des temps.

Notes et références
↑ (en) site sédévacantiste sur « les prédictions de fin des temps de la Vierge Marie »
↑ Conférence de Mgr Dolan

Voir aussi [modifier]

Bibliographie [modifier]
Thèses sédévacantistes
sur la vacance du Siège apostolique auteur collectif, Carmel Sancta Maria, 4790 Reuland 143, Belgique, 332 pages
L’Eglise éclipsée ? Auteur collectif, les Amis du Christ Roi, éditions Delacroix, B.P. 18, 35430 Chateauneuf, 298 pages.
Etude du sédévacantisme

Liens internes [modifier]
Liste de papes scissionnistes
Catholicisme traditionnel
Crise moderniste
Rite tridentin

Liens externes [modifier]
Quicumque, blog sédévacantiste
Site sedévacantiste
Site de la revue Sodalitium
News: sedevacantism (en)
Eclipse of the Church (en)
Foi Catholique, Forum sédévacantiste
Portail du christianisme

Récupérée de « http://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%A9d%C3%A9vacantisme »
Catégorie : Sédévacantisme

1:12 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Moi je me demande si les CRE (conférences régionales des élus) ne seraient pas des fraternelles maçonniques

http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/September2007/18/c2171.html

6:23 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Je poserais la question :
"Est-ce que les CRE sont des clubs libéraux voulant appuyer Charest ?"
Ce sont comme des chambres de commerces, mais avec des politiciens, et non des gens d'affaires.
Ok pour des politiciens affairistes.

Ce qui est sûr, c'est une bonne occasion pour bien bouffer, bien boire et mettre la dépenses sur leurs comptes de dépenses.

Les régions se vident par manque d'emplois. Et la réponse serait d'y paqueter des immigrants pour y assurer la prospérité? Voyons donc, ce serait aux dépens des immigrants qui y rentrent avec foi et ressortent désillusionnés. Est-ce qu'un immigrant peut profiter des opportunités là où les locaux n'en perçoivent pas. Seulement s'il apporte beaucoup de ca$h.

Bref, ce sont des pièges à cons que veulent tendre ces CRE. Et ensuite, les ethnies se braquent contre les Québécois.

7:13 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Des doigts qui pointent maçonniquement.
http://www.vigile.net/-Kouchner-va-t-en-guerre-

7:28 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Amid Karzaï , Photo de Martin Tremblay, La Presse

7:43 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Que dire du logo du CERIUM ?

8:37 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Connaissez-vous la politique québécoise?
19 août 2007
l'aut'journal

Questions:
1. Nous avons recensé plus de 200 références aux études de l’Institut économique de Montréal au cours de la dernière année dans les journaux de Power Corporation. Selon vous, pourquoi?
A. Les études sont bonnes
B. Il y avait des trous à boucher.
C. Hélène Desmarais, la fille de Paul de Power Corporation, préside le conseil d’administration de l’Institut économique de Montréal.
D. Ne sais pas.

2. La Commission Johnson qui enquête sur l’écrasement du viaduc de la Concorde ne recommandera pas de construire dorénavant des ponts en acier plus faciles d’entretien. Selon vous, pourquoi?
A. Le ciment est meilleur.
B. La mafia préfère le ciment.
C. Power Corporation est un des principaux actionnaires de Ciment Lafarge et la famille Desmarais entretient depuis de longues années des liens privilégiés avec la famille Johnson. Le frère de Pierre-Marc, Daniel, a siègé sur le conseil d’administration de Power Corporation.

3. L’éditorialiste de La Presse André Pratte s’est prononcé pour le projet de port méthanier Rabaska à Lévis. Selon vous, pourquoi?
A. C’est un bon projet.
B. Il n’a pas de maison sur l’île d’Orléans.
C. Power Corporation, par le biais de sa filiale européenne Suez, est en train de prendre le contrôle de Gaz de France, un des promoteurs de Rabaska.
D. Ne sais pas.

4. À titre de membre du Comité des chefs d’entreprises canadiens et de promoteur du Projet d’Union nord-américaine, Paul Desmarais est favorable à l’établissement d’un périmètre de sécurité plus serré aux frontières, particulièrement dans les aéroports. Selon vous, pourquoi?
A. Pour prévenir les attentats terroristes.
B. Pour emmerder les passagers.
C. Axima Services, une filiale de Suez, elle-même filiale de Power Corporation, a obtenu un juteux contrat de 146 millions sur 20 ans pour la sécurité à l’aéroport de Montréal.
D. Ne sais pas.

5. Les éditorialistes de journaux de Gesca sont parmi les plus ardents promoteurs de l’ouverture au privé en santé. Selon vous, pourquoi?
A. Le privé est plus efficace.
B. Leur contrat de travail comprend de bonnes assurances privées personnelles.
C. Les compagnies d’assurance seraient les principales bénéficiaires de la privatisation des soins de santé et Power Corporation est propriétaire des deux plus importantes compagnies d’assurances privées au Canada : la Great-West et la London Life.
D. Ne sais pas.

6. Dans un récent éditorial de La Presse, André Pratte ridiculisait les timides efforts du ministre Claude Béchard pour freiner les appétits des pétrolières. Selon vous, pourquoi ?
A. Les compagnies sont trop fortes.
B. Il connaît très bien le ministre Béchard.
C. Power Corporation est le principal actionnaire de Total, la cinquième pétrolière au monde.
D. Ne sais pas.

7. Le gratin politique et intellectuel français, autrefois sympathique à la cause souverainiste, est désormais bien rangé dans le camp fédéraliste. Selon vous, pourquoi?
A. Ils sont intelligents et ont compris que le fédéralisme était le meilleur système.
B. Ils sont Français.
C. Ils ont bénéficié des largesses de Paul Desmarais qui les a dorlotés comme des princes à son domaine Sagard dans Charlevoix.
D. Ne sais pas.

8. Les éditorialistes, chroniqueurs et journalistes de La Presse sont omniprésents sur les ondes de Radio-Canada. Selon vous, pourquoi?
A. Ce sont les meilleurs.
B. Radio-Canada invite n’importe qui.
C. Gesca a une entente secrète de collaboration avec Radio-Canada.
D. Ne sais pas.

9. La Presse et les autres journaux de Gesca présentent sur un jour très favorable Nicolas Sarkozy et ses politiques. Selon vous, pourquoi?
A. C’est le meilleur politicien de l’heure
B. Rien de mieux qu’un politicien français au style américain pour ces doublement colonisés.
C. Sakozy est un protégé de Desmarais. Lors de la célébration de sa victoire lors de la présidentielle française, Paul Desmarais et son compère belge Albert Frère de Suez étaient les deux seuls non Français invités.
D. Ne sais pas.

10. Selon vous, que sera le facteur déterminant dans la décision de Jean Charest de démissionner à titre de premier ministre et de chef du Parti libéral ?
A. Les libéraux vont lui demander de partir.
B. Il commence à être tanné.
C. Paul Desmarais va lui montrer la porte.

Desmarais est le king maker de la politique québécoise et canadienne. Au fédéral, le journalistes Peter C. Newman a décrit dans The Canadian Establishment comment la campagne de Trudeau en 1968 a été organisée dans les bureaux de Power Corporation à Montréal. Le fils de Paul Desmarais a marié la fille de Jean Chrétien. C’est Desmarais qui a cédé à Paul Martin la Canadian Steamship Lines.

Dans un documentaire consacré à Claude Ryan, le journaliste Jean-François Lépine explique comment Desmarais a obligé Jean Chrétien qui lorgnait la succession de Robert Bourassa après l’élection de 1976 à céder la place à Claude Ryan. Daniel Johnson a quitté son poste de membre du conseil d’administration de Power Corporation pour remplacer Claude Ryan. Enfin, André Pratte raconte dans sa biographie de Jean Charest comment Paul Desmarais a tordu le bras à ce dernier pour le forcer à quitter la direction du Parti progressiste-conservateur fédéral pour celle du Parti libéral du Québec.

D. Ne sais pas


Réponses :
1. Vous avez coché A à toutes les questions.
Allez, André, Alain et Mario, dégagez ! Les éditorialistes de La Presse n’ont pas le droit de participer.

2. Vous avez coché A à une majorité de questions.
Vous êtes parmi les rares qui ont lu L’éloge de la richesse d’Alain Dubuc jusqu’à la fin. Vous auriez dû passer plus de temps à lire Foglia, votre sens critique serait plus développé.

3. Vous avez coché B à toutes les questions.
Vous avez une interprétation rafraîchissante de la scène politique.

4. Vous avez coché C à toutes les questions ?.
Vous êtes sûrement un abonné de l’aut’journal.

5. Vous avez coché C à une majorité de questions.
Il y en a une couple qui vous ont échappé. Vous avez sans doute oublié de renouveler votre abonnement à l’aut’journal. Faites le sans tarder.

6. Vous avez répondu D à une majorité de questions.
Nous non plus, on ne sait pas comment vous qualifier.

9:21 a.m.  
Blogger anti-macon said...

très bon, je vais me mettre à lire l'aut'journal

10:28 a.m.  
Anonymous Anonyme said...

http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/September2007/19/c2547.html

Au tour de l'université Laval de demander plus d'immigrants.
Qui tire les ficelles?

1:59 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Les étudiants étrangers sont des "Fat Cats".
C'est pour cela qu'ils s'arrangent pour immigrer au plus vite, quitte à faire des mariages en blancs.
Remarquez le nombre de Maghrebins qui séduisent les Québécoises. Est-ce que les mariages exogames sont plus intéressants que les endogames?
Non, il y a plusieurs complications pour gérer les différences religieuses, mais cela vaut la peine pour devenir immigrants reçus, puis citoyens.
Ensuite, ils peuvent divorcer et aller chercher une épouse au pays d'origine.
Quant à la Québécoise aveuglée par l'amour, c'est la dépression.
Pire si elle s'était convertie à l'islam qui n'accepte point l'apostasie.

4:23 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

http://www.youtube.com/watch?v=Qr0lZ3vQefE

Les résidences de Jean Charest et la censure médiatique

4:40 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Conrad Black et le Québec
17 juillet 2007
Pierre Dubuc


Les médias racontent les grands épisodes de la carrière financière du magnat de la presse Conrad Black, mais sont beaucoup plus discrets sur ses interventions au plan politique. Qui sait que Conrad Black est l’homme qui a mis Brian Mulroney au pouvoir ? Qu’il a été l’adversaire déclaré de Paul Desmarais ?

Petit retour sur Black, le Québec et la politique canadienne à partir d’un extrait de L’autre histoire de l’indépendance (Éditions Trois-Pistoles) de Pierre Dubuc paru en 2003.


Conrad Black au pouvoir
Le 4 septembre 1984, le Parti progressiste-conservateur de Brian Mulroney est porté au pouvoir avec l’appui de René Lévesque et du Parti québécois. Il défait le Parti libéral dirigé par John Turner, lequel avait devancé Jean Chrétien lors de la course à la chefferie décrétée pour remplacer Pierre Elliott Trudeau. La défaite de Chrétien est une rebuffade pour Paul Desmarais.

Les liens entre Desmarais et Chrétien sont bien connus. Le fils de Desmarais a épousé la fille de Jean Chrétien et l’organisateur de la campagne de Chrétien est nul autre que John Rae, vice-président de Power Corporation (et frère de Bob Rae, le futur premier ministre de l’Ontario).

La défaite est d’autant plus amère pour Desmarais que John Turner est un de ceux qui ont mené la charge contre sa tentative de prise de contrôle du Canadien Pacific. John Turner a été ministre de la Justice sous le gouvernement Trudeau, mais a quitté la politique en 1975 pour siéger aux conseils d’administration de certaines des plus importantes corporations établies au Canada. En plus du Canadien Pacific, mentionnons MacMillan Bloedel, Seagram Co., Crédit Foncier, Holt Renfrew, Sandoz, Canadian Investment Fund Inc, et Bechtel Corporation.

John Turner est un ami intime et un des principaux conseillers juridiques du financier Conrad Black, qui a pris le contrôle de Argus Corporation après la tentative infructueuse de Paul Desmarais en 1975. La femme de Turner est une filleule du père de Conrad Black et Turner siège, aux côtés de Black, sur le conseil d’administration de Massey-Ferguson.


Black ne pouvait pas perdre

À l’élection fédérale de 1984, John Turner est le candidat de Conrad Black. Mais son adversaire, Brian Mulroney, est aussi un poulain de Black. Avant son entrée en politique, Mulroney était président de l’Iron Ore, une filiale de Hollinger Mines, propriété de Conrad Black. Il était donc un employé de Black. Mulroney siège également sur plusieurs des corporations de Black et le côtoie sur le conseil d’administration de la Banque canadienne impériale de Commerce.

Conrad Black a ses entrées auprès de Ronald Reagan et de Margaret Thatcher. Il s’est d’ailleurs porté acquéreur du Telegraph de Londres pour soutenir les politiques de la Dame de fer. Il est partisan de la Guerre des étoiles de Reagan et prône l’intégration économique et politique du Canada aux États-Unis. Black déclare que la frontière entre les deux pays n’est pour lui qu’un « accident géographique ».

De la monumentale biographie qu’il a consacré à Maurice Duplessis, il a tiré la leçon que le Parti progressiste-conservateur ne peut prendre le pouvoir qu’avec l’appui des nationalistes québécois et, de préférence, avec un chef originaire du Québec. En 1976, une première tentative, infructueuse, est faite en ce sens alors que Black parraine la candidature de Claude Wagner - l’ancien ministre libéral de Jean Lesage - dans la course à la chefferie qui se termine par la victoire de Joe Clark. Quelques années plus tard, Black prend une douce revanche avec Mulroney.

À l’élection de 1984, Conrad Black ne peut pas perdre. John Turner et Brian Mulroney sont deux poulains de son écurie et ils défendent essentiellement le même programme politique : privatisations, déréglementation et intégration économiques aux États-Unis. Mais une victoire des conservateurs est préférable pour Black, car John Turner aurait inévitablement dû faire face aux trudeauistes.


Un gouvernement Black
Le gouvernement Mulroney, nouvellement élu, est véritablement un gouvernement Conrad Black. Au sein du premier cabinet Mulroney, on retrouve aux postes clefs d’autres anciens employés de Conrad Black, dont Michael Wilson, le ministre des Finances, et Barbara McDougall, la ministre d’État aux Finances. Les deux étaient des employés de la firme Dominion Securities, qui appartient à Black.

Sous l’administration de Brian Mulroney, le Canada entreprend un tournant majeur de son histoire en signant un traité de libre-échange avec les États-Unis. La classe dominante au Canada abandonne la National Policy et ses tarifs douaniers qui avait présidé à la naissance du pays, met de côté ses velléités d’indépendance à l’égard de son voisin du sud et prône désormais l’intégration dans un bloc économique nord-américain - d’abord avec les États-Unis, puis avec l’ajout du Mexique dans le cadre de l’ALENA – pour concurrencer le Marché commun européen.

Lorsque Jean Chrétien revient au pouvoir en 1993 avec la promesse de « renégocier l’entente de libre-échange », il sera soumis à de telles pressions de la part des États-Unis et de la classe d’affaires canadienne qu’il devra rapidement renoncer à sa promesse.


La solution « Black » à la question nationale québécoise
Conrad Black a aussi comme objectif de trouver une « solution » à la question québécoise et Brian Mulroney dans son célèbre discours de Sept-Iles promet de réintégrer le Québec dans « l’honneur et l’enthousiasme » au sein du Canada. La façon dont Black envisage les relations entre les hommes d’affaires du Canada anglais et du Québec nous donne une bonne idée de ce que sera éventuellement leur transposition au plan politique et constitutionnel.

Dans une entrevue accordée à la revue L’Analyste en juillet 1984, Conrad Black explique qu’il a conçu l’idée « d’unir les secteurs privé et public et d’intégrer de plus en plus les institutions québécoises et de l’État du Québec dans l’économie de tout le pays ». C’est dans cette perspective qu’il avait lui-même vendu à Provigo ses magasins Dominion au Québec.

Il cite également en exemple la manière dont il s’est associé à la Caisse de Dépôt pour assurer le contrôle de la Noranda par Brascan. Mais Black trace les limites de l’influence qu’il concède à la Caisse. « S’il s’agit, déclare-t-il à L’Analyste, pour la Caisse de se placer en position d’exercer une certaine influence dans une compagnie, je suis d’accord; s’il s’agit pour la Caisse d’être en position dominante dans une compagnie telle le Canadien Pacific, alors je suis entièrement contre. »

Ces restrictions s’appliquent également aux ambitions éventuelles des hommes d’affaires québécois. « Les industriels sérieux du Canada anglais reconnaissent que c’est essentiel pour la survie du système fédéral – même très renouvelé – que les Québécois francophones participent comme égaux. Michel Bélanger, Laurent Beaudoin, Jean De Grandpré et bien d’autres sont très bien reçus », déclare Black dans un premier temps avant d’enchaîner avec sa conception de « l’égalité ».

La méfiance à l’égard des hommes d’affaires québécois au Canada viendrait, affirme-t-il, « de la tentative néfaste de Paul Desmarais de se porter acquéreur de Argus Corporation ». Mais, bien entendu, la prise de contrôle de Argus Corporation par Black n’avait, elle, rien de « néfaste ». De façon très claire, Black demande aux hommes d’affaires québécois de rester à la place que Black et la communauté d’affaires canadienne-anglaise leur a assignée.

C’est un statut similaire qu’envisage pour le Québec celui qui avait applaudi à la Loi de Mesures de guerre de Trudeau en 1970 et avait quitté le Québec en claquant la porte lors de l’adoption par le gouvernement de Robert Bourassa de la loi 22 qui reconnaissant le français comme langue officielle du Québec. Ce statut que Black est prêt à consentir au Québec, c’est celui de la « société distincte » tel qu’inscrit dans l’entente du Lac Meech conclue, sous réserve de ratification ultérieure, entre les dix provinces et le gouvernement Mulroney en 1987.

5:10 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Desmarais et le rapprochement Sarkozy-Bush
11 septembre 2007
Pierre Dubuc


Le 27 août dernier, Nicolas Sarkozy annonçait que la France allait « accentuer ses efforts en Afghanistan ». Au mois d’octobre, la France déplacera six avions Mirage de la base qu’elle loue au Tadjikistan vers la base de Kandahar. Avant la fin de l’année, l’armée française va également dépêcher des avions Rafale en Afghanistan.

La mission de ces avions sera « sous la responsabilité des états-majors américains » selon un expert militaire français cité par le Canard enchaîné du 5 septembre. Un membre de l’état-major militaire français, cité par le même journal, explique que tout cela « démontre que la France va bientôt reprendre toute sa place au sein de l’Otan, et toutes ses responsabilités dans l’Alliance atlantique » tout en rappelant que « de Gaule avait pourtant pris de sacrées distances avec ces instances dominées par les USA… »

Total en Irak, la France en Afghanistan
Comment expliquer cette implication française dans le bourbier afghan? La réponse se trouve sans doute dans cette information voulant que la compagnie américaine Chevron ait accepté que Total prospecte avec elle le champ pétrolifère de Majnoun en Irak, autrefois attribué à Elf (l’ancêtre de Total) du temps de Saddam Hussein et dont les réserves sont estimées à 12 milliards de barils.

En échange d’une plus grande implication de la France en Afghanistan – qui, en plus de ses avions, a 1 100 militaires stationnés à Kaboul – les États-Unis consentiraient à partager avec la France l’exploitation des richesses pétrolières irakiennes.

Pareil deal où on s’implique en Afghanistan pour se racheter de ne pas avoir participé à la guerre en Irak a des antécédents. Un récent reportage de Radio-Canada sur la guerre en Afghanistan préparé par Jean-François Lépine nous apprenait que le Canada avait cherché, après avoir refusé de participer à la guerre en Irak, à revenir dans les bonnes grâces des États-Unis en s’engageant dans des zones plus risquées en Afghanistan.

Desmarais, Sarkozy et la famille Bush

Que vient faire Paul Desmarais dans tout cela? Il faut savoir que Power Corporation est un des principaux actionnaires de Total et qu’un membre de la famille Desmarais siège sur le conseil d’administration de la pétrolière.

Desmarais est un proche de Sarkozy et de la famille Bush. George Bush le père et Nicolas Sarkozy sont des habitués du domaine Sagard que possède la famille Desmarais dans Charlevoix. La rumeur veut que Desmarais ait joué le rôle de « facilitateur » dans l’organisation de la visite estivale de Sarkozy à la résidence des Bush à Kennebunkport dans le Maine.

C’est à son retour à Paris après cette rencontre avec les Bush que Sarkozy a annoncé à des représentants des corps diplomatiques l’implication accrue de la France en Afghanistan et que l’Iran « pourrait être attaqué militairement s’il ne renonce pas à son programme nucléaire ».

Gaz de France, Suez et Rabaska
Les accointances de Desmarais et Sarkozy ne s’arrêtent pas là. Dernièrement, Sarkozy a autorisé la privatisation de la société d’État Gaz de France (GDF) au profit du groupe Suez. Après avoir promis, il y a quelques années, aux organisations syndicales qu’il ne permettrait jamais que l’État détienne moins de 70% du capital de GDF, l’actuelle privatisation ne laisse que 34% du capital à l’État français.

Le Canard enchaîné du 5 septembre titrait : « Suez-GDF : une bonne affaire pour les amis milliardaires de Sakozy ». Le journal satirique français rappelle que l’actionnaire principal de Suez « est le milliardaire belge Albert Frère, un intime de Sarko, associé à la plus grosse fortune canadienne, Paul Desmarais, qui invita naguère le Président en vacances ».

Soulignons que Albert Frère et Paul Desmarais étaient les deux seuls non-Français présents au restaurant le Fouquet’s à Paris pour célébrer la victoire de Sarkozy le soir des élections présidentielles françaises.

Il n’est pas inutile de rappeler que Gaz de France, maintenant contrôlé par Power Corporation par l’intermédiaire de Suez, est un des principaux groupes intéressés dans le projet de port méthanier Rabaska à Lévis.

Gaz de France, Hydro-Québec et l’Institut économique de Montréal
Pour la presse française, la privatisation de GDF annonce une hausse du prix du gaz. Cela nous rappelle qu’une étude toute récente de l’Institut économique de Montréal favorable à la privatisation d’Hydro-Québec était un vibrant plaidoyer pour une augmentation des tarifs d’électricité.

Une des principales raisons invoquées par les auteurs de l’étude était de rendre le gaz naturel plus compétitif avec l’électricité. On parle bien entendu du gaz naturel qui arrivera par navires à Rabaska. Une partie du gaz naturel sera exportée aux Etats-Unis, l’autre partie servira de substitut à l’électricité afin, là aussi, d’augmenter les exportations d’électricité du Québec vers les États de la cote Est américaine.

Bouclons la boucle en soulignant que les éditorialistes des grands médias de Gesca, propriété de Power Corporation, sont pour la mission en Afghanistan, ont applaudi à tout rompre l’élection de Nicolas Sarkozy dont ils proposent le programme de droite comme modèle pour le Québec et appuient sans réserve le projet Rabaska.

La Presse, le Soleil et les autres médias de Gesca ont également accordé un traitement princier à cette étude de l’Institut économique, largement financé par Power Corporation et dont la p. d-g. est nulle autre qu’Hélène Desmarais, la fille de Paul Desmarais.

5:14 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Coupable ! (justice programmée)

3:18 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

L@ïcité
numéro 9, 19 septembre 2007
Bulletin envoyé aux membres et sympathisants du Mouvement laïque québécois

--------------------------------------------------------------------------------

Document de réflexion sur les accommodements religieux :
Le droit à l'égalité devant la loi
Dans le contexte des travaux de la commission Bouchard-Taylor sur les accommodements raisonnables, le Mouvement laïque québécois a produit un document de réflexion très complet d'une cinquantaine de pages, Le Droit à l’égalité devant la loi, qui fait le tour des tous les aspects de la question sous un point de vue laïque.

Ce document est en ligne sur le site du MLQ et tous sont invités à en prendre connaissance, à le faire circuler ou en à s'en inspirer pour produire des mémoires à présenter à la commission.


--------------------------------------------------------------------------------

Autres présences médiatiques du MLQ
Daniel Baril, porte-parole du MLQ, poursuit son débat sur la laïcité avec le prêtre-député Raymond Gravel à l'émission Ouvert le samedi à la radio de Radio-Canada (15 septembre).
Participation du président du MLQ, Henri Laberge, au débat « Pouvoir religieux et société » organisé à l'Université Laval et diffusé au Canal savoir les vendredis 24 septembre, 15 octobre, 5 novembre et 26 novembre à 17h30.

--------------------------------------------------------------------------------

Candidatures pour le Prix Condorcet
Chaque année, le MLQ remet à une personnalité le Prix Condorcet pour souligner une contribution à l'avancement de la laïcité au Québec ou à la défense de la liberté de conscience. Vous pouvez suggérer des candidats en écrivant à juris@mlq.qc.ca et en accompagnant votre suggestion d'un bref texte expliquant pourquoi, selon vous, cette personne mériterait le prix Condorcet.

3:22 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

en effet, Myriam Bédard vient d'être
déclarée coupable, la vengeance maçonnique s'éxécute. Un des juré serait un policier qui se faisait passer pour un enseignant. Combien d'autres jurés étaient ainsi "placés"?
Bizarre en tout cas qu'elle est son mari soient reconnus coupables dans deux causes différentes... La loge libérale a vraiment le bras long.
(antimacon)

4:46 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Ou l'adage qui se ressemble s'assemble est vrai... Ce sont deux criminels que le code de justice a identifié, jugé et condamné!

Un bel exemple de justice qui fonctionne pour une fois!

Elim

1:08 a.m.  
Blogger anti-macon said...

La Presse a cru bon de préçiser que le président du jury
était un chercheur à l'université Laval. Un de tes frères, Elim?
http://www.ledevoir.com/2007/09/21/157719.html
Et l'avocat qui regarde directement la caméra en pointant du doigt.

10:42 a.m.  
Anonymous Anonyme said...

Patrick lagacé, debunker professionel, qui déverse son fiel habituel.
http://www.cyberpresse.ca/article/20070921/CPOPINIONS05/709210505/6730/CPACTUALITES

Il est tellement prévisible ce Lagacé. Sa méthode est simple: les puissants de ce monde sont toujours innocents, les méchants sont toujours les petits qui délirent des conspirations.

12:52 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Anti-macon est-tu en train d'affirmer que tu crois Nima ... qui dis avoir fait éviter la guerre d'Irak au Canada grâce à ses conseils au PM ? je serais pas surpris que oui mais juste pour être sur ...

3:37 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Je crois que Nima, introduit par Myriam, en a touché un mot à Jean Chrétien.
Et je crois que Nima se croit celui qui aura influencé Jean Chrétien dans sa décision de ne pas se joindre à l'aventure iraquienne.
Mais cela reste l'erreur de Nima.
Jean Chrétien prenait en grippe depuis longtemps ce moron de Washinton.

Qu'est-ce que Antimacon pense, il le dira lui-même.

4:48 p.m.  
Blogger anti-macon said...

http://complotquebec.blogspot.com/2006_12_01_archive.html

Ça fait longtemps que j'affirme que Myriam est victime d'une vengeance de la part des gros libéraux qui ont perdus leur jobs à cause d'elle.
Quant à l'histoire de Chrétien et de l'Irak, on sort tout le temps cette histoire là pour discréditer Myriam mais c'est pas impossible non plus.

5:35 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Il est possible que Nima fut formé comme agent secret, d'où les abracadabrantes histoires.

Et quant un agent secret parle trop, au lieu de l'éliminer physiquement, on lui fait subir du "terrorisme bureaucratique" pour le détraquer et le discréditer.

Maintenant, Myriam passe pour une syndromée du Stockholm.

6:11 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Antimacon,
Qu'est-ce que cette poignée d'amour fraternelle?

http://www.cyberpresse.ca/article/20070919/CPBLOGUES08/70919024/5032/CPBLOGUES08

6:22 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Ou l'adage qui se ressemble s'assemble est vrai...
Et les fripouilles se rassemblent dans le parti libéral du Canada.

Si vraiment Myriam était coupable de fraude, elle aurait sérieusement manqué des leçons d'ethique pendant son entraînement olympique.
Et qui l'entraînait? Son ex-mari qui a repris sa fille.

C'est drôle : Son mari remets sa fille à ses grand-parents plutôt que d'en assurer la garde.

L'enlèvement est donc une foutaise organisés par des avocats libéraux et le père de la fille de Myriam.

6:37 p.m.  
Blogger anti-macon said...

Pour revenir à Ségolène Royal.
Franchement, que fait elle ici?
Certes, on donne une explication officielle plus ou moins bidon. Je ne sais pas si vous avez déjà remarqué mais à chaque fois qu'un dignitaire français vient nous "visiter", il se produit toujours un peu après un gros coup politique, soit une élection ou autre chose d'important. Les politiciens ne se déplacent jamais pour rien. la seule chose qu'on nous montre c'est toujours un pognée de main et rien d'autre. En réalité quand les politiciens se rencontrent au somment, c'est pour se dire des choses importantes.
La chose la plus importante en ce moment c'est la commission bidon.
Vient elle donner des ordres au sujet de la loi sur la laïcité qui s'en vient?

8:22 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Donc c'est comme dire que la décison d'aller en guerre ou non, étais entre les seules mains de Chrétien ce qui est une adsurdité en soit .... et toute personne humble et surtout logique qui aurait donné son opinion à Chrétien sur la guerre n'aurait pas cru par la suite qu il avait changé le cours de l'histoire

8:41 p.m.  
Blogger anti-macon said...

écoute, je suis entièrement d'accord
avec toi, mais Myriam a aussi été témoin de grosses fraudes bien réelles à via-rail. Pis tu trouves pas ça louche que tout d'un coup, tous les malheurs du monde tombent sur ce couple depuis le témoignage?

9:20 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

C'est une possibilité ... que la Franc-maconnerie IRREGULIERE lui face du trouble ... ( les reguliers s'en fiche royalement crois moi ) Mais Nima ... je te le dit, je ne crois pas qu'il est sain d'esprit et cela nuit à la crédibilité de Myriam.

9:40 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Franchement, que fait elle ici?

Avez-vous suivi la politique française récemment? Elle est ici pour s'établir une crédibilité internationale et chercher des idées pour les prochaines élections présidentielles, voila tout...

Elim

10:42 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Nima est un manipulateur manipulé.
Il avait rejoint une clique de pouvoir.
Il s' est fait tasser. Lui et Myriam ont brisé un pacte de silence.
Et voilà les conséquences de la brisure du pacte.


Elim,
Ségo campe avec les nationalistess gauchistes, tandis que Sarko campe avec les Bilderberg, incluant la famille Desmarais de la Corporation du Pouvoir, et donc, avec les fédéralistes et l'Establishment canadien.

5:39 a.m.  
Anonymous Anonyme said...

La politesse des rois est de faire croire à ceux qui lui conseillent, avisent ou supplient, qu'ils sont écoutés lorsque le roi décide.

Nima a cru que Jean Chrétien a décidé de ne pas aller en Iraq, suite à une rencontre avec lui. Mais Jean Chrétien a un problème avec l'armée canadienne depuis son accession au pouvoir (1993) et la dissolution du régiment aéroporté (Airbornes). Et il ne s'associait plus avec G W Bush.

6:15 a.m.  
Anonymous Anonyme said...

Antimaçon,
Je suis troublé.
Je suis un souverainiste convaincu.
Je n'affiche pas de drapeaux sur moi ou chez moi, mais je considère mon coeur enveloppé dans le fleurdelysé.

Voilà que j'ai commencé la lecture de Michelle d’Astier De la Vigerie.
À la page 9, l'aigle bicéphale est un emblème franc-maçon, comme il fut l'emblème de la Russie tsariste.
Selon d'Astier de la Vigerie, c'est une représentation occulte du Baphomet. Les deux têtes de l'aigle'représentent les cornes du Baphomet.

Or, si on inverse l'aigle bicéphale dans la figure "tabliers ensemble" de la page 9, on obtient une forme de la fleur de lys. Est-ce à dire que le plus important symbole du Québec est une représentation du Baphomet?

12:34 p.m.  
Anonymous Jean-François Bégin, La Presse said...

Le vendredi 21 septembre 2007


Un mensonge trop lourd à porter



On a beau savoir, ça donne quand même un sacré choc. Il ne se trouvait plus grand-monde pour croire Geneviève Jeanson.


Après les quatre affaires de dopage la concernant, la dernière s'étant conclue par une suspension de deux ans pour un contrôle positif à l'EPO, le cercle des admirateurs de la cycliste québécoise s'était réduit comme peau de chagrin.

D'un scandale à l'autre, les dénégations de la cycliste québécoise avaient progressivement perdu toute crédibilité. Il est rare que la foudre frappe quatre fois au même endroit. C'est pourtant l'improbable miracle auquel Jeanson nous demandait de croire. Fallait avoir la foi bien trempée. Ou être naïf.

N'empêche. C'est une chose d'avoir l'intime conviction de se faire mentir en pleine face. C'en est une autre d'obtenir des aveux complets du menteur. Ou, en l'occurrence, de la menteuse. C'est pourtant ce qu'Alain Gravel et l'équipe d'Enquête ont réussi, au terme d'une investigation journalistique irréprochable. Chapeau bas.

Mais le reportage fascine autant pour la confession de Jeanson que pour les questions qu'il soulève, implicitement, sur la capacité des athlètes qui se dopent de se mentir à eux-mêmes.

Il faut voir l'aplomb de Jeanson lorsqu'elle clame son innocence et sa pureté lors de ses premières rencontres avec Gravel, en Arizona. «Je n'ai rien d'autre à dire que la vérité.» Et la vérité, sa vérité, c'est qu'elle n'a jamais pris d'EPO, point à la ligne.

«I don't give a flying fuck», lance-t-elle à l'intervieweur lorsqu'il la questionne sur sa réputation écorchée. «Ça ne me dérange pas du tout.» Mais quand elle finit par craquer, après s'être «auto-pelure-de-bananisée» en se contredisant à propos de son hématocrite aux championnats du monde de Hamilton, on comprend qu'au contraire, ça la dérangeait beaucoup.

Elle était prise dans un engrenage, explique-t-elle, sans outils, sans moyens de s'en sortir, habitée par la peur de décevoir tous ceux qui avaient cru en elle.

Alors elle s'est bâtie une histoire. Une histoire pleine de trous, invraisemblable à la lumière de l'accumulation des affaires de dopage la concernant: l'histoire d'une coureuse honnête, victime du mauvais sort et, qui sait, de la jalousie des autres. Elle a probablement fini par y croire. Jusqu'à ce que le mensonge devienne trop lourd à porter.

La seconde partie du reportage ne sera diffusée que la semaine prochaine, mais on peut d'ores et déjà prédire que l'entraîneur de Jeanson, André Aubut, n'en sortira pas grandi. Plusieurs témoignages présentés hier donnaient l'impression d'un control freak prédisposé à la violence psychologique, voire physique, et prêt à tout pour faire gagner sa protégée (un mot peut-être mal choisi dans les circonstances).

En cours de visionnement, je me suis tout de même demandé où s'arrête la responsabilité de l'entraîneur et où commence le libre arbitre d'une athlète déterminée à gagner coûte que coûte. Geneviève Jeanson est-elle une créature entièrement façonnée par un entraîneur manipulateur? Ou portait-elle en elle, avant même sa rencontre avec Aubut, un besoin de performance tellement exacerbé qu'il l'exposait d'emblée à la tentation du dopage?

La question est intrigante. Certaines déclarations de Jeanson donnent à penser qu'elle était une victime consentante de son entraîneur. «Je ne voulais pas faire partie de la parade, je voulais la diriger. Même à 15 ans, je lui demandais de me pousser», dit Jeanson à propos de son ancien entraîneur et ex-mari.

Mais, au fond, c'est un faux débat. La réalité, c'est qu'André Aubut, quelque part au milieu des années 90, a pris sous son aile une athlète mineure, une adolescente certes déterminée, mais une adolescente tout de même. Il avait 26 ans de plus qu'elle, il était une figure d'autorité, un adulte supposément responsable. C'était à lui de poser les repères moraux, à lui d'établir pour sa pupille les limites de l'acceptable - des limites à l'intérieur desquelles le dopage n'avait évidemment pas sa place.

Il n'a rien fait de tout ça. Il a failli à ses devoirs. Il a conduit Geneviève Jeanson à un championnat du monde junior et à quatre titres sur le mont Royal, certes. Mais ces succès reposaient sur une imposture dont il a été l'architecte. Une imposture qui nous empêchera à jamais d'apprécier la grande athlète que Jeanson aurait pu être. C'est sans doute le plus grand drame de toute cette affaire.

12:42 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Certaines déclarations de Jeanson donnent à penser qu'elle était une victime consentante de son entraîneur. «Je ne voulais pas faire partie de la parade, je voulais la diriger. Même à 15 ans, je lui demandais de me pousser», dit Jeanson à propos de son ancien entraîneur et ex-mari.


Ainsi donc, elle fut mariée à son entraîneur, puis divorcée. Comme Myriam Bédard.
Cela ressemble au syndrome de Stockholm.
Est-ce les méthodes psychologiques d'entraînement qui poussent les entraîneurs à des relations pédophiles?
On pourrait y assimiler la relation entre Céline Dion et son imprésario René Angélil. Comme Céline rapporte beaucoup d'argent, René se garde bien de la remplacer par une plus jeune.
Myriam et Geneviève sont maintenant "usées", donc discardées par leurs entraîneurs respectifs.

Est-ce que Geneviève Jeanson va subir du harcèlement judiciaire?

12:51 p.m.  
Anonymous Pierre Foglia, La Presse said...

(extrait)
Ce qui a été extraordinaire, jeudi soir, n'est pas tant la révélation que l'admission. Extraordinaire d'assister au décorticage, au démontage, dans une même séquence, du mode dans lequel fonctionnent tous les dopés. Le béton du déni. Si vous me permettez ces quelques mots tirés de ma dernière chronique sur Jeanson: «Les athlètes qui se dopent ne peuvent tout simplement pas vivre avec l'idée qu'ils sont des dopés, des tricheurs. Alors ils se dédoublent. Pour leur permettre de survivre, leur cerveau leur construit un double complètement innocent.»

Jeudi soir, j'ai eu ces mots-là et les images s'emboîtaient très exactement.

Êtes-vous fâché qu'elle vous ait menti?

Elle mentait à ses parents. Elle mentait à ses amis. Elle mentait à ses avocats. Elle mentait à Larouche. Elle mentait à Robert Dutton, le boss de chez Rona, qui la payait grassement et qui s'est commis lui aussi publiquement, exactement dans les mêmes mots que moi: je la crois. Surtout, elle se mentait à elle-même. Je ne suis pas fâché une seconde qu'elle m'ait menti aussi.

1:03 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

On pourrait comparer Geneviève Jeanson à Cathy O'Brien.

1:10 p.m.  
Anonymous Rejean Tremblay said...

Quinze ans, c'est l'âge de la minuscule Geneviève quand elle est tombée sous la coupe d'André Aubut. Il avait près de 40 ans. C'était normal qu'elle lui fasse confiance aveuglement, c'était normal qu'elle le suive, c'était normal qu'elle lui demande d'être exigeant pour la faire gagner. La relation entre l'athlète et le coach ressemble trop souvent à la relation entre le fidèle et le gourou.

Un an plus tard, il l'a, d'une façon ou d'une autre, amenée à l'EPO. Ce n'est pas la jeune fille qui est allée voir un médecin pour obtenir des produits dopants. Elle avait 15 ans. C'est André Aubut qui avait la responsabilité d'une partie de son éducation puisqu'elle passait plus de temps en sa compagnie qu'avec ses parents. Eux aussi lui faisaient confiance. Mais avaient-ils le choix? Les athlètes d'élite sont tellement proches de leurs coachs, où est la ligne qui détermine la limite à ne pas franchir.

Il y a eu plein de gens qui auraient pu intervenir. Mais la petite Geneviève était devenue tellement manipulatrice. Tellement complice du gourou, du tortionnaire. Tellement emmurée dans le mensonge.

Aujourd'hui, d'anciennes coéquipières racontent comment Aubut sacrait après Geneviève à la table devant les autres, comment il la traitait de tous les noms possibles, comment il l'insultait. On murmurait dans des oreilles mais on ne parlait pas à voix haute pour alerter ceux qui auraient pu intervenir. À commencer par les parents. Au début en tous les cas.

5:26 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Bref, aucun franc-maçon n'osera recommander Geneviève Jeanson dans sa loge parce qu'elle ne sait pas garder un secret.

5:29 p.m.  
Anonymous Anonyme said...

Esther Begin devient chef d'antenne de TQS après trois ans de relation avec John Parisella.
C'est beau le réseau de contacts.
Une invasion de franc-maçons est à prévoir dans l'antenne du mouton noir.

http://www.cyberpresse.ca/article/20070922/CPARTS/709220600/-1/CPARTS

11:10 p.m.  
Anonymous U.S. Sén. MacCarthy said...

Sur les demandes d'accès à l'information d'Ottawa :

--------------------
(Anne Lacoursière, La Presse)
Le journaliste André Noël sait que l'attente peut être interminable au fédéral. En 2005, il a demandé au Conseil privé et à la GRC de lui fournir l'enquête de sécurité réalisée sur Alphonso Gagliano il y a plusieurs années. Délais après délais, M. Noël a dû attendre près de deux ans avant de savoir que sa demande était... rejetée. Même si Alphonso Gagliano avait lui-même publiquement déclaré qu'il acceptait que ce document soit publié, jamais M. Noël n'a pu l'obtenir. Il attend toujours.
-----------------------------
On se demande bien pourquoi le dossier de sécurité du comptable du clan Caruana-Contrera donnerait un problème.

9:29 a.m.  
Anonymous Milaine Alarie et Geneviève Lafleur, La Presse said...

Le dimanche 23 septembre 2007


Un pas en arrière




En niant la connotation sexuelle de cette pratique, la Cour de l'Ontario mine le droits de toutes les femmes à vivre dans un monde où elles ne seraient pas contraintes à la prostitution.


Le jugement de la Cour de l'Ontario qui permet la masturbation dans les salons de massage n'est certainement pas une avancée dans la lutte pour l'égalité entre femmes et hommes.

La CLAP désire s'opposer à la décision du juge Howard Chisvin de la Cour de l'Ontario qui déclara non-coupable Valeri Ponomarev, un gérant de salon de massage exigeant de ses employées qu'elles masturbent leurs clients, sous prétexte que la masturbation d'autrui ne serait pas un acte sexuel, donc que les lois relatives à la prostitution ne s'appliqueraient pas à ce genre de pratique. Cette décision s'avère être très néfaste en ce qui concerne le droit des femmes et la lutte contre l'exploitation sexuelle.

Le jugement rendu crée maintenant un précédent au niveau de l'interprétation des lois en matière de prostitution. Affirmer que la masturbation d'autrui n'est pas un acte sexuel banalise la pratique, ce qui pourrait influencer les patrons des salons de massage à exiger de leurs employées qu'elles offrent ce "service" à leurs clients. De plus, nier la valeur sexuelle de la masturbation d'autrui offre aux clients le droit d'exiger ce genre de pratique en toute impunité, minant ainsi le recours des femmes à dénoncer le harcèlement sexuel au travail.

Exploitation sexuelle

En plus d'avoir un impact négatif sur les conditions de travail des femmes dans les salons de massage, cette décision attaque directement les droits des femmes en banalisant l'exploitation sexuelle de ces dernières. Les répercussions de ce jugement pourraient être immenses. Les femmes prestataires de l'assurance-emploi pourraient être obligées d'accepter un emploi de massothérapeute, et ainsi, être forcées à masturber les clients, sous menace de perdre l'accès à l'aide financière gouvernementale. Cette inquiétude peut sembler farfelue, mais pourtant, un cas semblable est survenu en 1984 lorsqu'une chômeuse montréalaise a refusé, malgré les pressions de la Commission d'assurance-chômage, un "emploi" de danseuse nue. Elle a dû alerter les médias pour gagner sa cause et ne pas avoir à accepter ce "travail". Il importe de se questionner aussi quant aux répercussions d'une telle décision sur la notion d'agression sexuelle. Par exemple, une femme ayant été forcée à masturber un homme pourra-t-elle encore l'accuser d'agression sexuelle?

Bref, il est primordial de comprendre que les conséquences de définir la masturbation d'autrui comme un acte non-sexuel vont au-delà des conditions de travail des masseuses. En ignorant la valeur sexuelle de cette pratique, la Cour de l'Ontario mine le droit de toutes les femmes à vivre dans un monde où elles ne seraient pas contraintes à la prostitution, où elles ne seraient pas victimes d'oppression sexuelle, où elles pourraient être considérées comme des êtres humains à part entière, et non simplement comme des objets au service du plaisir sexuel des hommes.

Les auteures sont étudiantes en Études des femmes à l'Université d'Ottawa et s'expriment ici au nom de la Collective des luttes pour l'abolition de la prostitution (CLAP).

4:28 p.m.  

Publier un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home